Publié par Laisser un commentaire

Déclaration des ruchers

La campagne de déclaration de détention de ruches 2019 est ouverte. En pièces jointes, vous avez toutes informations utiles pour effectuer cette démarche de préférence en ligne ou par courrier.

Plus d’information sur http://mesdemarches.agriculture.gouv.fr puis cliquer sur « particulier »

Lien vers le formulaire de déclaration en ligne :
https://agriculture-portail.6tzen.fr/default/requests/Cerfa13995/
Publié par Laisser un commentaire

Découvrez le catalogue de formations de l’ADANA

L’ADA Nouvelle-Aquitaine vous présente son catalogue de formations 2019 / 2020

Questions sanitaires, élevage, techniques de production, gestion de cheptel, valorisation, stratégies d’exploitation, approvisionnement :
un programme complet, disponible ici.

L’ADANA fait de la formation continue de ses adhérents une priorité. Nous avons élaboré un programme de formation complet, réparti sur l’ensemble du territoire et répondant au mieux à vos besoins. 

Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire, par téléphone : 05 58 85 45 48
ou par mail : kiliana.debellescize@adana.adafrance.org.  

Publié par Laisser un commentaire

La page des débutants – Septembre 2019

Hivernage des colonies. Etat des colonies.

C’est le moment d’examiner les colonies et de recentrer le nid à couvain si cela est nécessaire et répartir la nourriture équitablement de part et d’autre. Il convient de manipuler les cadres en douceur afin d’éviter de
coincer ou écraser la reine à cette période de l’année. Elle ne pourrait pas être relayée. La période de reproduction est passée avec l’absence des mâles à cette saison. Dans le cas de colonies faibles vous pouvez les passer en ruchette ou réunir deux colonies dans une ruche ou placer une partition pour réduire le volume de
la ruche.

État des réserves.

Certains diront : nous avons encore du temps devant nous. Pourtant, c’est en fonction de l’état
actuel des réserves que les colonies passeront l’hiver à quelques exceptions près. En effet, de-ci, de-là, il peut y
avoir une miellée qui se présente sur de la phacélie par exemple. Il vous appartient donc d’effectuer le bilan et noter les colonies qui risquent d’avoir besoin d’être nourries en priorité au cours de l’hiver. Le Groupement d’Achats de l’ABEILLE DES DEUX-SEVRES pourra pour ce nourrissement vous fournir, si vous avez besoin, du candi (apifonda) approprié pour l’hiver.

Publié par 6 commentaires

Enquête de Mortalité Hivernale 2019-2020

Traitement contre la varroase (obligatoire)
ouinon

Si oui :
ApitrazApistanApivarApiguardThymovarautres

Le traitement a été effectué :
au printempsà l’automneou les deux

Publié par Laisser un commentaire

Fleurs nectarifères en 2 Sèvres

Nom vernaculaire Famille et espèce Habitat
Aubépine
Bruyère
(principalement la callune)
Ericacées.
Espèce : Calluna Vulgaris
Landes, tourbières, pinèdes claires, bois de bouleaux, talus et bords de chemins, dunes stabilisées; sur sol acide
Châtaigner Fagacées
Espèce : Castanea sativa
Toute la région de façon localisée bois, forêts
Colza Crucifères ou Brassicacées
Espèce : Brassica napus
Cultures, terrains vagues et friches, bords des champs, des chemins
Lierre Araliacées
Espèce : Hédéra helix
Toute la région.
Arbres et rochers en zone souvent ombragée, parfois rampant.
Luzerne cultivée Légumineuses
Espèce : Medicago sativa
Toute la région, cultures, friches, bords des chemins, pelouses
Mélilot Blanc Légumineuses
Espèce : Mélilotus alba
Toute la région, cultures, terres arables surtout, friches, terrains vagues..
Pissenlit Composées
Espèce : Taraxacum officinaleiliceus
Toute la région, plante trés répandue dans les prairies, pâtures, bords des chemins, des cours d’eau, bois clairs
Pommier Rosacées
Espèce : Malus domestica de nombreuses espèces
Origine horticole, habitat divers, sols acides
Poirier Rosacées
Espèce : Pyrus communis de nombreuses espèces
Horticole
Robinier (faux acacia) Légumineuses
Espèce : Robinia pseudoacacia
Originaire du SE des Etats Unis Bois et taillis, terrains siliceux
Ronce Rosacées
Espèce : Rubus fructicosus
Toute la région, forêts, haies, talus, bords des chemins, landes.
Tilleul Tiliacées
Espèce : Tilia Europaea
Bois mixtes ou isolé
Tournesol
Publié par Laisser un commentaire

Notions d’apiculture

1. La Ruche

Plusieurs types de ruches existent sur le marché, de type Dadant, Langstroph, Warré, Voirnot…pour les plus connues. La ruche Dadant 10 cadres est sans doutes, la plus utilisée.

coupe d’une ruche

2. L’abeille

L’ Abeille apis mellifera est un insecte de l’ordre des hyménoptères, elle construit des rayons en cire, grâce à ses glandes cirières, dans lesquels elle stocke le miel, le pollen et abrite la colonie. L’ Abeille pollinise les fleurs, elle est donc un vecteur primordial de la biodiversité. 

Schémas de l’anatomie externe de l’abeille

Trois types d’abeilles sont présentes dans la colonie, le faux-bourdondont l’activité se résumera à féconder la reine, la reine qui peut vivre jusqu’à cinq ans et ne cessera de pondre jusqu’à sa mort, et l’ouvrière qui durant sa vie va exercer différentes tâches selon sa maturité et les besoins de la colonie.

Schéma d’une tête d’ouvrière
Larves d’abeilles

Le métré de Léon Hénius ci-dessous permet sur un schéma unique de visualiser glogalement le cycle de vie des abeilles.

Pour se diriger les abeilles butineuses utilisent le soleil, les odeurs, peut être aussi le champ magnétique terrestre. Lorsqu’ elles rentrent à la ruche, elles dansent, pour indiquer aux autres les indications géographiques de leur recherches de nectar et de pollen.

3. Les produits de l’apiculture

Le Miel

L’abeille ramène à la ruche le nectar qu’elle a butinée sur les fleurs, mais elle fixe aussi sur ces pattes des pelotes de pollen, source de protéine importante. A la ruche l’abeille va travailler le mélange récolté pour le transformer en miel. Il existe presque autant de types de miel qu’il existe de fleurs, mais toutes les fleurs ne sont pas nectarifères ni butinables par les abeilles.

Miels réputés

  • Le miel de romarin aussi appelé « Miel de Narbonne » était considéré par les Romains comme le meilleur miel du monde. De couleur blanche et très rare en France, il est principalement produit dans les Corbières.
  • Le miel de sapin des Vosges est aussi très réputé. De couleur très sombre, il est issu du miellat se déposant sur les branches de sapins.

Autres types de miels

  • Le miel de robinier faux-acacia dit miel d’acacia à saveur douce, est liquide, clair et ne cristallise pas.
  • Le miel de chataignier au goût corsé, amer, est visqueux et plus ou moins sombre selon qu’il provient de nectar ou de miellat.
  • Le miel de lavande, très parfumé, de couleur crème présente une granulation très fine.
  • Le miel de colza, avec une légère saveur de chou, est de couleur claire, il cristallise rapidement en raison d’une forte teneur en glucose.
  • Le miel de sarrasin ou blé noir, corsé, de couleur brune est emblématique du terroir breton.
  • Les miels de garrigue et de montagne sont toutes fleurs, leur saveur et leur aspect dépendent de leurs terroirs.
  • Miel de trèfle, produit à partir de ces derniers, miel blanc.

La Propolis

Les principales essences produisant de la propolis en Europe sont des conifères (pin, sapin, épicéa), plusieurs espèces de peupliers (qui semblent être la source la plus importante), l’aulne, le saule, le marronnier d’inde, le bouleau, le prunier, le frêne, le chêne et l’orme.

La propolis recueillie dans la ruche est constituée globalement de

  • résines et baumes: 50 à 55 %
  • cire: 30 à 40 %
  • huiles volatiles ou essentielles: 5 à 10 %
  • pollen: 5 %
  • matières diverses: 5 %
  • La propolis contient également beaucoup d’autres éléments comme des acides organiques, de très nombreux flavonoïdes, des oligo-éléments, de nombreuses vitamines.

La Cire

La cire est une excrétion produite par 8 glandes cirières situées sous l’abdomen des jeunes abeilles, entre leurs 12e et 19e jours, pour bâtir les rayons de la ruche. L’abeille a besoin de 10 à 11 kg de miel pour produire 1 kg de cire. La cire appartient à la famille chimique des cérides, elle est constituée d’acides et d’alcools gras à très longues chaînes (20 à 60 carbones). Son point de fusion est d’environ 64 degrés Celsius et sa densité de 0,97. Elle est insoluble dans l’eau et résiste à l’oxydation.

Autrefois elle était utilisée dans la fabrication de chandelles

Aujourd’hui elle sert à fabriquer des feuilles de cire gauffrée qui sont placées dans les ruches afin d’économiser du travail aux abeilles et donc du miel. Son usage dans la ruche permet aussi de diriger l’orientation des constructions de rayons, ou le type de cellules construites, pour favoriser par exemple la ponte de cellules femelles, qui donneront des butineuses dans des ruches à production majoritaire de miel.

Elle entre dans la composition d’encaustiques pour l’ameublement et les parquets.

La Gelée Royale

La gelée royale est le produit de sécrétion du système glandulaire céphalique (glandes hypopharyngiennes et glandes mandibulaires) des abeilles ouvrières, entre le cinquième et le quatorzième jour de leur existence (ouvrières qui portent alors le nom de nourrices). C’est une substance blanchâtre aux reflets nacrés, à consistance gélatineuse, de saveur chaude, acide et très sucrée, qui constitue la nourriture exclusive :

de toutes les larves de la colonie, sans exception, de leur éclosion jusqu’au troisième jour de leur existence ;
des larves choisies pour devenir reines jusqu’au cinquième jour de leur existence ;
de la reine de la colonie pendant toute la durée de son existence à partir du jour où elle quitte la cellule royale.

La gelée royale contient en moyenne :

  • lipides : 4,5 %
  • glucides : 14,5 %, du glucose et du fructose pour la plus grande partie, et en proportions nettement moindres du saccharose, du maltose, de l’erlose, et du mélibiose.
  • protides : 13 % (acides aminés à l’état libre ou combiné)
  • eau : environ 66 %.
  • on y trouve également des vitamines (la gelée royale est le produit naturel connu le plus riche qui soit en vitamines B5), des oligoéléments, de l’acethylcholine (jusqu’à 1 mg/g), des facteurs antibiotiques particulièrement actifs sur les proteus et escherichia coli B (plus connu sous le nom de colibacille).

Le Pollen

Chez les végétaux supérieurs, le grain de pollen constitue l’élément fécondant mâle de la fleur. Le pollen produit se trouve sur les anthères des étamines. Sa forme, sa couleur et sa dimensions varient considérablement d’une plante à l’autre. Pour être fécondée, une fleur doit recevoir du pollen sur son pistil (organe femelle des plantes à fleurs).

Toujours présent en petite quantité dans le miel, son étude permet d’identifier les origines botaniques de celui-ci. Cette technique d’identification des miels à partir des pollens qu’il contient s’appelle la melissopalynologie.

Les plantes entomophiles utilisent en grande partie les insectes pour leur pollinisation. L’abeille, en passant de fleur en fleur, dépose des grains de pollen de l’une sur le pistil de l’autre. L’abeille est largement utilisée pour la pollinisation des plantes cultivées, en particulier pour les arbres fruitiers. On estime que la valeur économique apportée par les abeilles dans la pollinisation est de 12 à 15 fois supérieure à celles des produits de la ruche.

La récolte du pollen par l’abeille est possible grâce à l’adaptation spécifique des pattes postérieures des ouvrières. Elle utilise la brosse à pollen située sur la face interne du métatarse pour récupérer le pollen dispersé sur son corps, puis le pousse et le tasse dans la corbeille à pollen située sur la face externe du tibia de la patte opposée. Un poil unique dans la corbeille sert de mât qui maintient la pelote de pollen. Une pelote pèse environ 6 milligrammes, l’abeille en transporte deux. Dans la ruche, le pollen est tassé, avec la tête, par d’autres ouvrières, dans des alvéoles.

Le pollen est d’abord une source de protides pour les abeilles, il entre dans la composition de la bouillie distribuée au couvain. Le pollen est également riche en d’autres substances, sa composition moyenne est de :

  • 20% de protides (acides aminés libres et protéines)
  • 35% de glucides
  • 5% de lipides
  • 10 à 12% d’eau
  • D’autres composants sont présents comme des vitamines, des oligo-éléments, des enzymes (amylase, invertase, certaines phosphatases), des substances antibiotiques actives sur toutes les souches de collibacilles et certaines de proteus et salmonelles. On y trouve aussi la rutine, une substance accélératrice de la croissance et de nombreux pigments qui donnent la couleur d’un pollen déterminé.