Publié par Laisser un commentaire

Lettre d’informations du SNA de Janvier 2020

Chers Présidents et Présidentes, Chers Collègues, Chers(es) Amis (es),

Nous voici, aux premiers jours d’une nouvelle décennie, et s’offre devant nous une feuille de route bien chargée pour la défense de l’apiculture et de l’abeille. Qu’elles représentent pour chacun de nous une passion, ou un métier, voir les deux, nous avons en charge le devoir et la mission de les défendre dans l’intérêt de la protection de notre environnement et pour garantir le bien être des générations futures. Aussi, je tiens à vous remercier toutes et tous, pour l’important travail d’union, de formation, d’information et de défense que vous assurez grâce à l’engagement efficace de vos associations sur l’ensemble de notre territoire. Mais avant de détailler cette feuille de route, un bref retour sur 2019 qui aura été l’année, d’une prise de conscience quasi mondiale concernant le réchauffement climatique. Et le passage vers la nouvelle décennie se fait sous les flammes des incendies de forêts, tout autour de notre planète, du Brésil à l’Australie.

Un signal d’alarme qui impose une prise de décisions fortes et urgentes de la part des gouvernements.

Revenons aussi sur le 1er Salon international du matériel apicole (SimApi) qui se tenait début décembre à Avignon et qui a remporté un véritable succès, malgré les grèves dans les transports. L’organisation de ce salon assumée par « L’Abeille de France » sur une proposition du Syndicat national des fabricants et grossistes en matériel apicole (SNFGMA) semble avoir apporté pleine satisfaction tant aux apiculteurs qu’aux exposants compte tenu de l’importance des ventes réalisées. Initialement, et dans la continuité du succès du Congrès de Rouen, c’est le SNA qui avait été sollicité. Mais nous avons décliné la proposition afin de respecter l’alternance syndicale dans l’organisation des congrès et pour cette raison à Avignon pas un seul sigle du SNA n’était visible.

De par son importante fréquentation en nombre de visiteurs, le SimApi a de toute évidence, comblé un vide au sein de l’activité économique de notre filière qui contrairement à bon nombre d’autres filières, ne disposait pas encore d’un salon spécifiquement dédié au matériel et aux produits pour l’apiculture. Son animation différente des congrès apicoles était ponctuée par des conférences présentées par les exposants eux-mêmes. Permettant ainsi de nombreux temps d’échanges entre Exposant – Fabricant / Visiteurs qui se sont poursuivis sur les stands. Les structures techniques et scientifiques présentes (ADA, AFA, ANERCEA, APINOV, CARI, CFPPA, FNGTA, INRA, ITSAP, OFA…) ont, elles aussi nourries sur leurs stands, des débats constructifs. Les conférences, les débats et les témoignages d’apiculteurs qui ont suivi tout au long des trois journées du salon ont confirmé les attentes importantes de la filière en matière de solutions tant techniques que politiques. Elles ont confirmé les orientations de notre feuille de route pour 2020 qui sont déclinées ci-après.

Lutte contre la varroase : L’inquiétude relative à une baisse d’efficacité de certains acaricides, laissant supposer l’apparition de souches de varroas devenus résistants, appelle à la mise au point urgente, de nouvelles matières actives et/ou de nouvelles méthodes de lutte naturelle pour permettre des rotations plus longues et éviter ainsi tout risque d’accoutumance. La nécessité d’organiser un plan national de luttes collectives régionalisées pour contrer la varroase et l’organisation d’une pharmacovigilance renforcée étaient aussi sur toutes les lèvres.

Pour garantir aux consommateurs, des produits de la ruche de qualité et protéger l’image de marque de la filière apicole française : Améliorer notre communication sur la qualité de nos miels et des autres produits de la ruche, d’origine France. Faire aboutir la loi en cours de rédaction qui protégera les produits apicoles français et informera en toute transparence les consommateurs grâce à un étiquetage clair des miels d’importation précisant les pays d’origines.

Améliorer qualité et quantité des récoltes : Mieux contrôler les apports de produits de nourrissage et n’employer que des produits vétérinaires avec AMM. Aux services de l’administration aussi, d’accentuer la lutte contre les fraudes et les adultérations. C’est cette panoplie d’actions qui permettra de soutenir des prix du miel plus rémunérateurs pour les apiculteurs de France et de vivre dignement de leur travail.

Norme AFNOR : Des groupes de travail internationaux concernant une éventuelle normalisation mondiale des produits de la ruche sont en cours sous la tutelle de l’AFNOR. Le Syndicat National d’Apiculture (SNA) continuera d’y assurer une présence et une participation active afin d’éviter toute dérive vers une réglementation plus laxiste, souhaitée hélas par d’autres états participants.

Pour une cire d’abeille pure : Bien rappeler à nos adhérents que ne doit être employée dans les ruches uniquement de la cire d’abeille pure, en totale conformité avec le Codex Alimentarius. Attention aux ventes de cire d’abeille à bas prix.

Ralentir l’expansion du frelon asiatique sur le territoire : Bien que l’année 2019 ait présenté une météo défavorable au développement du frelon asiatique sur une grande partie du territoire national, il est fort probable que les conditions météorologiques à venir permettront la reprise de son invasion. Les progrès importants obtenus en matière de pièges hautement sélectifs permettent aujourd’hui d’envisager sérieusement la mise en place d’un plan de lutte nationale par piégeage des fondatrices. Soutenir la demande d’attribution d’une autorisation d’emploi du SO2 : Pour la destruction des nids sera aussi un de nos objectifs et complétera les outils de lutte.

Mettre un terme au « Bee-bashing » : Vous avez étés plusieurs présidents à m’alerter sur le fait que certains de leurs adhérents avaient reçu l’ordre soit d’un parc naturel soit d’une autorité administrative de retirer leurs ruches de certaines zones au prétexte « de trop d’abeilles ». Des décisions arbitraires auxquelles, il faut mettre un terme. Car ceux qui pensent avoir trouvé la réponse à la diminution des pollinisateurs en opposant « abeilles domestiques » aux «abeilles sauvages» revoient leurs copies, car ils se trompent de cibles.

Chasser les apiculteurs et leurs abeilles de certains espaces et un absolu non-sens, alors que l’ensemble du territoire est en sous pollinisation.

Les insectes sauvages disparaissent parce qu’ils sont anéantis par les mêmes causes environnementales et chimiques que celles subies par les abeilles. Mais à la différence de l’apiculture, il n’existe pas d’éleveurs d’insectes sauvages pour tenter de reconstituer les populations décimées. Ce n’est pas en réduisant encore davantage les populations de pollinisateurs que l’on retrouvera un équilibre dans l’entomofaune, mais plutôt en supprimant les causes et les facteurs environnementaux négatifs, responsables de leur disparition, et en garantissant aussi des milieux propices pour leurs gîtes, leur alimentation, leur développement et leur reproduction.

Tenez informé le SNA, si une telle expulsion se produisait sur votre département.

Ressources mellifères et pollinifères : Dans chaque département, chaque région, nous devons réfléchir conjointement avec les techniciens des chambres d’Agriculture à comment améliorer autant que possible les ressources mellifères et pollinifères dans les inter-miellées, ainsi que dans certains « déserts mellifères ». Convaincre les semenciers à revenir à des variétés de colza et de tournesol plus nectarifères pour de meilleurs rendements tant en grains qu’en miel. Soutenir et encourager les municipalités dans leurs initiatives favorables à la protection de la biodiversité.

Veille pesticides : Le SNA agira de concert avec les autres syndicats et ONG autant que besoin, ou encore en justice comme nous l’avons encore fait récemment pour faire retirer l’autorisation d’usage du Sulfoxaflor. Nous soutiendrons et encouragerons, les occasions de dialogues et d’échanges techniques sur la protection des abeilles avec les agriculteurs.

Initiation et formation professionnelle : Forts de notre important réseau de ruchers- école, nous allons relancer la formation des formateurs des ruchers-école initiée par l’ITSAP/ACTA qui avait rencontré un important succès.

Actions européennes: Nous sommes insuffisamment entendus au niveau de Bruxelles et quasiment ignorés au niveau des orientations proposées par le COPA-COGECA, ainsi que lors des débats de la Commission Agriculture, le SNA va devoir y être encore plus pro actif.

Interprofession (InterApi) : 2020 sera une année décisive avec la mise en place de la Cotisation Volontaire Etendue (CVE) qui ne concernera que les apiculteurs exploitant plus de 50 ruches. Son apport économique à InterApi déterminera la sélection des actions qui pourront être mises en œuvre selon le plan de filière validé par l’ensemble des syndicats et des deux collèges Amont et Aval.

Plus que jamais, le rôle du syndicalisme apicole prend du sens et l’individualisme montre ses faiblesses. La somme de nos compétences associées les unes aux autres forme le socle de notre filière. C’est une force dont nous n’avons pas les moyens de nous passer. Le SNA, fédération des syndicats et des associations que vous formez, couvre l’ensemble du territoire national et une partie de l’Outremer. Grâce à vous, sont assumées, les missions essentielles de défense, de formation, d’information et de solidarité entre les apiculteurs, commencées il y a un siècle par Jean Hurpin, Fondateur du SNA, et relayée par votre revue « L’Abeille de France » depuis 100 ans pour elle aussi.

Rendez-vous les 07 et 08 mars à Avignon pour l’ Assemblée générale 2020 du SNAComme nous vous l’avons déjà annoncé, pour ce centenaire, nous allons avoir le grand honneur de pouvoir organiser et vivre cet événement dans une des magnifiques salles du Palais des Papes, un site historique inscrit au patrimoine mondial par l’UNESCO. Le Conseil d’Administration espère avoir le plaisir de vous y rencontrer. Dans un prochain mail, nous vous communiquerons le programme de ces deux journées.

C’est sur ces mots de fraternité, que tous les administrateurs du SNA ainsi que l’ensemble des collaborateurs et des collaboratrices du SNA et de l’Abeille de France se joignent à moi pour vous adresser ainsi qu’à vos proches, nos meilleurs vœux de bonheur et de santé pour cette nouvelle année. Et que perdurent encore longtemps, le plaisir d’être parmi vos abeilles, de les voir et de les entendre voler, de les choyer pour maintenir la prospérité dans vos ruchers et d’en apprécier leurs précieuses récoltes.

Bonne et belle année 2020 !

Et à bientôt à Avignon !!

Syndicat National d’Apiculture 5 rue de Copenhague 75008 Paris
Tél. 01 45 22 48 42
Mail : contact@snapiculture.fr
Websnapiculture.com
Laisser un commentaire