Publié par Laisser un commentaire

Les pages des débutant(e)s – Avril 2020

C ’est pourrait-on dire le mois crucial de l’apiculture. En effet, chaque colonie a repris le cours normal de son évolution. La reine, pour peu que le temps soit favorable, a repris sa ponte. Il y a un couvain important à nourrir. Il faut donc pour approvisionner la ruche : beaucoup d’eau, beaucoup de nectar et beaucoup de pollen.

L’eau

L ’eau, les abeilles vont la chercher à l’extérieur et pas toujours dans les conditions d’hygiène souhaitables. Aussi, est-il bon de disposer aux environs du rucher des abreuvoirs appropriés, remplis d’eau pure et on y fera flotter quelques petits morceaux de bois par exemple, pour éviter les noyades.

Le pollen

Il faut aussi du pollen et en général, dans notre région, les sources naturelles ne manquent pas. Cela est bien préférable aux succédanés que l’on peut trouver dans le commerce.

La visite de printemps

Cette visite s’il elle n’a pas pu avoir lieu en mars pour différentes raisons (temps disponible, météo…), elle peut se réaliser début avril. Vous trouverez les conseils sur la page qui vous a été adressée le mois précédent.

Le renouvellement des reines

Lors de la visite de printemps, si vous vous trouvez en présence d’une vieille reine qui vous sera indiquée par l’état du couvain « couvain mosaïque », remplacez là en la détruisant à l’aide d’une grille à reines. Vous introduirez à cette occasion un cadre de couvain ouvert pris dans une ruche populeuse. Si vous ne maîtrisez pas la technique, vous demandez à un apiculteur expérimenté, il se fera un plaisir de vous l’apprendre.

L’essaimage

Photo récupérée sur https://abeille.gugule.org

Si le temps est favorable, l’essaimage va débuter en avril et s’intensifier jusqu’à la première semaine du mois de mai. Pour se donner des chances d’en capturer, il convient de mettre en place au rucher, des ruchettes pièges.

Si votre emploi du temps vous le permet vous passerez dans vos ruchers les jours où il fait beau, en début d’après d’après-midi, pour capturer les essaims qui n’auront pas trouvé la porte d’entrée de la ruchette et qui se seront fixés dans la plupart des cas, à une branche proche des ruches.

La miellée de printemps et le développement des colonies et du cheptel

L’apiculteur hypothèque sur la récolte de miel de colza, c’est le but de l’apiculture. Cependant, cette miellée vient bien à point pour refaire les réserves en garnissant le bas de la ruche.

Elle permet à l’apiculteur qui a opéré des divisons de ruches pour multiplier son cheptel, de renforcer ses colonies. Quand le temps est favorable leur développement est remarquable. Hélas, une miellée peut être tributaire de la météorologie.

Ces divisions sont à réaliser au plus près de la miellée lorsqu’elle est prometteuse et que la température est favorable, gare au refroidissement. Le volume de la ruche reste constant si l’on n’utilise pas une ruchette, mais le nombre d’abeilles a diminué. Il faudra attendre que le corps de ruche soit garni avant de placer une hausse.

La mise en place des hausses

Les ruches qui sortiront de l’hiver aptes à participer à la récolte de miel de printemps recevront une hausse à la fois, pour limiter le volume de l’habitat à réchauffer par les abeilles. Une seconde pourra être ajoutée après, lorsque la première sera garnie, si la miellée est bonne.

Déclaration de rucher

Tout apiculteur est tenu de déclarer chaque année entre le 1er septembre et le 31 décembre les colonies d’abeilles dont il est propriétaire ou détenteur, en précisant notamment leur nombre et leurs emplacements. Toute colonie doit être déclarée, quelle que soit sa taille (en ruches, ruchettes, ruchettes de fécondation/nuclei). Cette déclaration concourt à une meilleure connaissance du cheptel apicole français et participe à sa gestion sanitaire. Elle permet également d’obtenir des aides européennes dans le cadre du Plan an apicole européen qui soutien la réalisation d’actions en faveur de la filière apicole française. Pour les nouveaux apiculteurs ou ceux qui ont besoin d’un récépissé de déclaration, vous allez sur le site internet « mes démarches » du Ministère de l’Agriculture sur lequel vous trouverez toutes les informations utiles.

Trucs et astuces : Nettoyer les cadres

Lors du renouvellement des cadres au printemps, il nous en reste avec des vielles cires que nous souhaitons réutiliser.

Si vous avez une ruche dont les abeilles sont mortes ou qui ont disparu, la solution radicale est de tout brûler. Si vous ne détectez aucune maladie, ces cadres peuvent être réutilisés après avoir fait fondre la cire.

Il faut les gratter pour les « mettre à nus ». Mais il n’est jamais facile de nettoyer la rainure pour y glisser une cire neuve.

Chacun peut se faire ce petit outil très simple qui va vous faciliter la tâche.

Prendre le cadre dans un étau, passer la pointe de votre outil et la rainure est débarrassée de la cire.

Une fois nettoyé, à l’aide d’un chalumeau vous le désinfectez et vous pourrez ainsi, de nouveau l’utiliser.

Michel BONNEAU animateur du rucher école de CELLES SUR BELLE
Laisser un commentaire