Publié par Laisser un commentaire

Les pages des débutants – Juin 2020

L’ABEILLE DES DEUX-SEVRES

C’est probablement l’un des mois le plus important de la saison. La récolte de miel de printemps (colza) est juste réalisée. Les colonies qui se sont plus ou moins dépeuplées avec l’essaimage sont en train de se refaire. Les populations doivent se reconstituer pour les prochaines récoltes : miel toute fleur, le châtaignier, le tournesol…

Reconstituez vos colonies

Stimuler vos colonies avec un nourrissement spéculatif pour accroître la ponte de la reine et ainsi les préparer (les rendre plus populeuses) pour des récoltes à venir plus abondantes.

Il n’est pas trop tard pour réaliser des essaims artificiels

.

Nourrisseur Lhoro

Avertissement

Après la période d’essaimage, vous pouvez être en présence de colonies où l’activité peut paraître normale. Or, si vous recherchez le couvain, il n’y en a plus. La jeune reine n’a pas encore débuté sa ponte. Il vous appartient de vous armer d’un peu de patience et attendre deux semaines environ avant de vous faire une idée sur l’avenir de ces colonies. Il peut arriver également qu’il n’y ait plus de reine (plusieurs essaimages ou des reines perdues lors de la fécondation….).

Ceci sera à vérifier également dans les 15 jours qui suivent l’essaimage. Il sera nécessaire d’en introduire une jeune.

La maturité du miel

Pour ceux qui n’auraient pas encore réalisé leur récolte ou ceux qui n’auraient pas reçu l’information, veillez à récolter un miel bien mûr, c’est-à-dire operculé. L’eau en excès a été retirée par les abeilles. Il sera plus sûr de se conserver.

Le matériel d’extraction

Actuellement les extracteurs sont en inox. C’est un matériel robuste et facile à nettoyer. Ils sont de deux types : radiaire (les cadres sont placés perpendiculairement à la paroi) ou tangentiel (les cadres sont placés parallèlement à la paroi).

L’association l’ABEILLE DES DEUX-SEVRES met gratuitement à la disposition des débutants le matériel d’extraction.

La maturation après extraction

Il est bon si possible de disposer d’un fût avec un robinet à sa base qui sera utilisé comme un maturateur. Le passage quelques jours dans ce récipient permet de séparer les impuretés du miel. Celui de colza ne devra pas y séjourner trop longtemps car il cristallise vite.

Si vous n’avez pas un tel équipement au bout d’une semaine environ à l’aide d’une spatule, vous raclerez les impuretés qui seront remontées à la surface.

Apportez beaucoup de soins à votre miel pour qu’il ait le meilleur aspect, qu’il soit impeccable afin qu’il séduise vos proches.

Les opercules

Après la récolte du miel, les opercules sont essorés avec un matériel adéquat ou bien ils sont égouttés pendant plusieurs jours. On estime à 10% la quantité de miel enlevé avec les opercules. Ce miel pourra rejoindre le reste de la récolte et ce n’est pas négligeable.

Ensuite, les opercules seront fondus. La cire qui en sera issue constituera la meilleure, la plus pure, comparée à celle des vieux cadres qui sera extraite à l’aide de la chaudière à cire.

L’exposition des ruches

Le meilleur emplacement est celui qui est aéré et qui bénéficie des premiers rayons du soleil le matin, puis ensuite passe à l’ombre en début d’après-midi. Attention au sous bois, l’activité débutera plus tardivement le matin si les ruches sont à l’ombre et durant les périodes de pluies, l’humidité se dissipera plus lentement et exposera votre cheptel aux mycoses.

Rubrique des trucs et astuces

L’entretien du rucher

Le nettoyage autour des ruches est une corvée que personne ne souhaite réaliser. La nature reprend toujours ses droits. Alors, pour entretenir le tour des ruches et notamment au printemps, il faut utiliser régulièrement la faucille, la tondeuse, le roto fil… pour maîtriser les herbes et les ronces. Comme vous l’avez remarqué ces travaux ne se terminent pas toujours dans un climat apaisé du côté des abeilles et l’intervenant a tout intérêt à être bien protégé.

La solution de facilité est l’usage du désherbant. Ce qui n’est pas très écologique avec un résultat limité dans le temps et malsain pour les abeilles.

Une troisième solution s’offre à nous avec un produit vendu en jardinerie, utilisé entre autres pour aménager le pourtour des arbres : le film de paillage plastique.

La photo ci-dessus vous montre ancrage au sol
Une vue d’ensemble de l’aménagement du rucher école de CELLE SUR BELLE

Ce film se vend en différentes largeurs et longueurs. Dans le cas présent c’est une grande largeur de 2,10 mètres. Avant de le poser, il convient de préparer le sol en le nivelant si nécessaire et couper l’herbe à ras.

La dimension du film est choisie en fonction de l’importance du rucher. Pour le tenir une petite tranchée peut être faite sur le pourtour pour le fixer avec de la terre ou vous optez pour des agrafes que vous trouverez dans le commerce. Ces agrafes peuvent être réalisées avec des barres de fer à béton lisses de 0,5 ou 0,6 centimètres et de 6 mètres de long. Vous couperez des morceaux de 60 centimètres en repliant les bouts sur 15 centimètres à l’aide d’un étau et l’agrafe sera prête à être utilisée. Elles seront placées tous les mètres pour que le vent ne puisse pas s’engouffrer dessous.

Le film ne débordera pas plus de 30 à 50 centimètres derrière les ruches pour réserver la plus grande surface devant.

Avec cet équipement, la tondeuse pourra effectuer le travail avec moins de dérangement pour les abeilles. La tenue de l’apiculteur sera malgré tout une sage précaution et reste donc de rigueur.

Michel BONNEAU Animateur du rucher école de CELLES SUR BELLE

Laisser un commentaire