Publié par Laisser un commentaire

Les pages des débutants – août 2020

L’ABEILLE DES DEUX-SEVRES

Le bilan de la récolte de miel

En principe, dans la région Poitou-Charentes tout au moins, on peut dire que la miellée de tournesol est bien avancée voire terminée lorsque l’on aborde les premiers jours d’août. Contrairement au miel de colza celui de tournesol pourra être récolté lorsque l’apiculteur sera disponible. Sa constitution et la température aidant à cette saison, il tardera à cristalliser. La quantité de miel récoltée restera variable d’un rucher à l’autre. Chaque apiculteur pourra faire son propre bilan et rechercher les causes d’une faible récolte (colonies peu populeuse, parcelles de tournesol éloignées, variété non mellifère, nature du sol, la météo, etc).

La miellée de tournesol, est-ce la dernière ?

Après cette miellée, ce que les abeilles vont récolter, elles le garderont précieusement afin de constituer leurs réserves pour passer l’hiver. Dans d’autres régions ce n’est pas le cas, les abeilles peuvent encore effectuer une récolte de miel sur le sapin, la bruyère, … Les apiculteurs transhumants du Poitou-Charentes peuvent aller sur la bruyère en parcourant quelques centaines de kilomètres.

L’hivernage des ruches

Lorsque la miellée de tournesol se pointe, les jeunes colonies n’ont pas encore garni le bas de la ruche. Avant de placer la première hausse, il convient d’attendre que les cadres de rive du corps de ruche soient garnis. Ces cadres de miel constitueront les réserves pour l’hiver prochain.

Toutefois, pour simplifier la tâche et limiter les allers et retours au rucher pour suivre le remplissage du corps de ruche, vous avez la solution « du journal ».

Vous placez une feuille de journal sur la ruche et vous ajoutez la hausse par-dessus. Les abeilles complèteront la ruche, puis ensuite, elles attaqueront la feuille du journal qu’elles se chargeront de faire disparaître afin d’emmagasiner dans le grenier à miel.

L’hiver se prépare très tôt. Certains penseront que cela est prématuré, ils se trompent. En général ce sont ceux qui récoltent sans mesure, sans songer aux mauvais jours qui se rendront compte qu’il faut apporter d’abondantes provisions au cours de l’hiver pour que les colonies puissent atteindre le printemps suivant.

L’apiculteur s’abstiendra de prélever du miel dans le corps de la ruche, ce serait une bien mauvaise opération.

Je sais bien que certains penseront qu’il est plus économique de remplacer le miel relativement cher par du sucre, meilleur marché. Au point de vue économique, c’est exact. Je ne pense pas que cela le soit du point de vue biologique.

Le traitement anti-varroa

Aussitôt après la récolte de miel de tournesol, suivant le mode d’emploi préconisé par le fabricant. N’attendez pas de constater d’une manière visuelle les symptômes de cette parasitose (ailes atrophiées, larves mortes, nymphes mortes,…). A ce stade la maladie a atteint un niveau critique. Il convient d’anticiper en traitant les colonies d’une façon systématique.

Pour les apiculteurs plus disponibles, des tests sont possibles pour estimer le niveau d’infestation de vos colonies. Dans ce cas il vous appartient de vous référer à des personnes compétentes.

Sachez qu’un rucher négligé peut contribuer à infester ceux qui sont dans le même secteur géographique. Les colonies fortes de ces ruchers seront les plus exposées par leur capacité à piller.

Pourquoi traiter dès à présent ?

C’est à partir de cette période que vont être élevées les abeilles qui passeront l’hiver et qui relanceront la colonie au printemps prochain. Elles doivent donc être normalement constituées et viables.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-6.png.

Rubrique des trucs et astuces

Vous allez récolter votre miel de tournesol au mois d’août. Après extraction et filtration, le miel sera mis dans un maturateur. Son usage a pour effet de laisser le miel se reposer de façon à ce que les bulles d’air qui se sont introduites dans le miel au moment de l’extraction remontent à la surface et en même temps les dernières particules de cire. Le miel est parfois épais et il faut un certain temps pour vider le seau. Vous avez aux dépôts de matériel (AIFFRES et BRESSUIRE) un outil très pratique « un support de seau ». Il permet de le maintenir en position inclinée de manière à ce qu’il s’égoutte pendant que le seau suivant se remplit. Ce support est en inox, s’adapte sur tous les maturateurs et peut recevoir tous les seaux. N’hésitez pas à le demander, il n’en coûte que 16,54€, soit la valeur de 2 kg de miel.

Michel BONNEAU

Animateur  du rucher école de CELLES SUR BELLE

Laisser un commentaire