Publié par Laisser un commentaire

Les pages des débutants – octobre 2020

L’ABELLE DES DEUX-SEVRES

Voilà, avec ce mois d’octobre qui s’annonce, le commencement du repos de l’apiculteur. Tout doit être terminé au rucher.

Les dispositions à prendre dès à présent

Durant l’hiver, lorsqu’il va faire froid, les abeilles vont se mettre en hibernation. Elles seront en grappe au cœur de la ruche, plus ou moins serrées, suivant la température extérieure. Pendant cette période, les souris qui ont un autre rythme de vie, profitent de cette tranquillité pour trouver le gîte et le couvert à l’intérieur. Durant ce temps, elles peuvent occasionner des dégâts en altérant les cires et par leur présence, stresser les abeilles. Pour les empêcher de pénétrer dans l’habitat, vous mettez les portes appropriées et le tour est joué pour l’hiver.

Le traitement anti-varroa

Vous avez placé les lanières dans les ruches en prenant soin de noter la date. Dès que les 10 semaines vont être écoulées, vous allez pouvoir les retirer comme l’indique le mode d’emploi afin de limiter l’accoutumance du parasite à la molécule active. Ceci est important afin de bénéficier de produits encore efficaces pour les années à venir.

Vous avez ci-dessous les trois médicaments recommandés pour le traitement des ruches vis-à-vis du varroa. Attention à l’usage des autres procédés qui restent plus aléatoires car plus contraignant pour leur application.

L’assainissement de vos colonies

Vous avez à votre disposition au groupement d’achats apicole des produits aux extraits naturels de plantes qui sont de nature à stimuler et renforcer les colonies. C’est actuellement le meilleur moment de les mettre en œuvre pour que les abeilles passent l’hiver dans les meilleures conditions. C’est maintenant que vous devez préparer les colonies pour la saison 2021.

La fonte de la cire

Si vous êtes débutant, vous n’avez pas encore les moyens d’investir dans une chaudière à cire. Elle n’est pas indispensable, sauf pour les vieux cadres qui ne font pas, en principe, de la belle cire. La plus belle est celle obtenue à partir des opercules que vous aurez égouttés après extraction du miel.

Il suffit de mettre un peu d’eau dans le fond d’un récipient et d’y placer les opercules pour les faire fondre. Après refroidissement, vous aurez une partie solide, la cire, et l’autre liquide, un sucre caramélisé qui n’a plus rien à voir avec le miel bien entendu.

Après avoir enlevé les impuretés, cette opération peut être refaite pour assainir la cire avant de la ramener au local du syndicat l’Abeille des Deux-Sèvres.

Elle peut vous être reprise en échange avec de la cire gaufrée et là, vous ne payez que le gaufrage.

Si vous avez un collègue apiculteur qui est équipé d’une chaudière à cire, vous pouvez toujours le solliciter pour le traitement de vos opercules voire également les cadres si vous en avez.

Le rangement du matériel

Pendant la saison, l’apiculteur vaque aux tâches les plus urgentes et productives. Il délaisse le matériel qui ne retrouve pas toujours la place qui lui est consacrée après usage. C’est le moment de le faire après l’avoir nettoyé si nécessaire et ainsi gagner de la place. Il sera agréable l’année prochaine de le retrouver facilement et prêt à servir.

La mise du miel en pot

Soignez la mise en pot de votre miel. Le consommateur est très sensible à une belle présentation. Il déguste d’abord avec les yeux.

L’étiquetage

L’étiquetage qui est indispensable indique :

  • miel récolté en France et mis en pot par l’apiculteur, ce qui est déjà inscrit sur les pots vendus au magasin, sauf sur les pots en verre ;
  • l’adresse de l’apiculteur ;
  • le n° du lot ;
  • la DDM (Date de Durabilité Minimale) ;
  • le n° SIRET pour ceux qui commercialisent du miel.

Plus d’informations sur : https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/Fiches-pratiques/Etiquetage-du-miel

Si vous vendez du miel, vendez-le à son juste prix.

Rubrique des trucs et astuces

Les planchers en plastique

Des colonies propolisent plus que d’autres et obturent par exemple les trous d’aération du plancher. N’utilisez pas de source de chaleur (chalumeau) pour l’enlever vous risqueriez de les déformer. Si vous disposez d’un grand bac, vous pouvez les faire tremper dans de l’eau chaude additionnée de lessive de soude. Cette façon de procéder sera à conduire avec précaution en respectant les conditions d’utilisation et équipez vous de gants appropriés. Un coup de nettoyeur haute pression est de nature à finir le nettoyage.

Il reste parfois des trous bouchés. Un petit outil que vous pouvez réaliser vous-même peut vous aider à les libérer. Pour cela il faut être un peu bricoleur, avoir un étau, une bonne lime ou une meuleuse et terminer par quelques coups de marteau pour lui donner la forme appropriée. Ce matériel va vous permettre une remise à neuf de vos planchers que les abeilles se chargerons, hélas, de propoliser de nouveau.

Le stockage des cadres

L’hiver est une période propice pour préparer les cadres en vue de la saison prochaine. Les vieux comme les neufs ne sont pas faciles à stocker, les piles peuvent se renverser et les cadres ont tendance à se déformer. Une fois les cires fixées, les cadres doivent être stockés impérativement à la verticale. Pour répondre à cette exigence il existe une astuce. Vous fixez deux rails de bois sous un plancher ou une étagère spéciale. Ce dispositif vous permet de les conserver dans des conditions optimum.

Les cires gaufrées ne seront pas préparées trop longtemps à l’avance si les cadres sont stockés à la lumière.

Les pages des débutants : Bernard Sorin, le secrétaire.

Rubrique trucs et astuces : Michel Bonneau, animateur du rucher école de Celles sur Belle.

Laisser un commentaire