Publié par Laisser un commentaire

Prêt des extracteurs

Bonjour à toutes et tous,

Après  discussion avec François Chauveau,  président de l’Abeille des Deux Sèvres, voici ce qui a été décidé :

Photo non représentative des extracteurs de l’association

A titre exceptionnel et pour éviter la perte de la récolte, Il est possible pour ceux qui n’ont pas d’extracteur de disposer de ceux mis à disposition de nos adhérents comme les années précédentes.

Ceux qui le souhaitent peuvent contacter Eric Senelier qui gère ces prêts via le formulaire suivant : https://abeilledesdeux-sevres.fr/reservation-de-materiel/

Il va dont organiser la passation du matériel.

Il faudra qu’il puisse savoir en permanence où il est.

Il mettra en relation les demandeurs. Celui qui en a besoin sera informé de la disponibilité et devra aller le chercher chez le dernier utilisateur. L’utilisation est limité à une journée maximum.

Nous comptons sur votre compréhension  et votre discipline.

Cordialement
Michel BONNEAU, Eric SENELIER

Publié par Laisser un commentaire

Mesures sanitaires

Compte tenu de la situation sanitaire et les mesures mises en œuvre pour stopper la contagion, les Groupements d’Achats de AIFFRES et BRESSUIRE resteront fermés jusqu’à nouvel ordre.

Les cours des ruchers école sont également suspendus jusqu’à nouvel ordre.

Nous ne manquerons pas de vous informer dès que la situation se régularisera.

Publié par Laisser un commentaire

La page des débutants – Février 2020

Des ruches troncs

Comme dans une pièce à grand spectacle, le mois de février joue le rôle de prologue à l’année apicole. On peut espérer quelques belles journées. Cette première sortie correspond au vol de propreté l’abeille « fientes ». Ces sorties ne sont pas toujours souhaitables car le soleil, si soleil il y a, est trompeur et les abeilles s’y laissent prendre. Cependant, elles permettent de savoir dans quel état sont les colonies.

Ne vous laissez pas prendre par la tiédeur de certaines journées de ce mois. Elles sont bien souvent sans lendemain. Et toutes les abeilles qui sentent le renouveau qui approche, ne reviennent pas de leur tournée de butineuses sur les premières fleurs annonciatrices du printemps.

L’utilisation des réserves de nourriture

N’oubliez pas que c’est à partir de maintenant que la consommation va beaucoup augmenter, nourrissez au candi en découvrant le moins possible le corps de ruche. En principe une plaque de candi posée sur le trou du nourrisseur doit parer au plus pressé et éviter une mortalité certaine chez les colonies les moins bien pourvues.
A la fin de cet article un apiculteur présente son expérience.


Y-a-t-il du couvain dans la ruche donc une reine ?

C’est encore trop tôt pour ouvrir vos ruches. Dès la fin du mois dans une colonie normale, une bonne reine doit avoir commencé sa ponte et il doit y avoir du couvain, ce qui est vérifiable extérieurement par les premiers apports de pollen.

Les reines fécondées du frelon asiatique, pensons dès à présent à préparer les pièges pour les traquer.

N ’oubliez pas le frelon à pattes jaunes ou asiatique. Comme les abeilles, les reines fécondées, par une journée ensoleillée, à partir du début mars, peuvent partir en quête de nourriture. C’est le moment de leur tendre le piège.

Ce piège peut être réalisé à partir d’une bouteille en plastique. Le goulot est coupé puis rentré dans la bouteille en imitant l’entonnoir. Vous faites un trou de 5 mm sur le coté avec une pointe chauffée pour laisser s’échapper les insectes non concernés par le piégeage. Ensuite, pour empêcher la pluie d’y pénétrer vous aménagez un toit avec une seconde bouteille Pour appâter l’intrus vous versez dans le piège de la bière blonde ou du panaché avec un sirop de cassis par exemple. Ensuite, vous placez le ou les pièges à proximité de vos ruches.

Pour faciliter votre tâche vous pouvez acheter au local apicole de l’association les chapeaux (tap-trap) comme ci- dessous qui se fixent sur le goulot de la bouteille et le tour est joué.

La boite à outils de l’apiculteur

Dans un premier temps le contenu de cette boite sera des plus élémentaires : un lève-cadre, lève une brosse, des allumettes ou un briquet, un peu de combustible, des gants et une tenue pour se protéger. Éviter l’utilisation des cartons dans l’enfumoir qui peuvent être souillés par des produits de nature à incommoder les abeilles et faire éternuer l’apiculteur.

Vous trouverez à votre local apicole un combustible bien adapté qui vous évitera toutes mauvaises surprises. De plus, vous y trouverez des petits bâtonnets qui faciliteront l’allumage.

Choisir un enfumoir

Sa capacité sera appropriée au nombre de ruches. Trop petit, il sera difficile à allumer et à maintenir actif. Le soufflet sera en cuir plutôt qu’en plastic qui coupe rapidement. Une grille de protection autour de la partie métallique peut éviter les brûlures.

Au local apicole vous aurez les enfumoirs et les conseils.

Ariel BERTHONNEAU apiculteur à VOUILLE suit le poids de ses ruches au cours de l’hiver afin d’évaluer les réserves de nourriture pour savoir s’il doit effectuer un apport. Il propose de partager son expérience avec les néophytes qui s’interrogent sur l’état de leurs ruches au cours de l’hiver.

« J’ai acheté un peson chez un vendeur de matériel piscicole. Les pêcheurs « carpistes » l’utilisent pour peser leurs prises. Ce matériel m’a coûte 11€. Il s’agit d’une balance cadran avec deux crochets. Il suffit d’accrocher l’arrière de la ruche, de la soulever légèrement puis repérer le poids sur la balance. En multipliant ce poids par deux, on obtient le poids de la ruche d’une manière assez précise. J’ai vérifié le poids d’une ruche vide avec plancher en bois complète couvre cadre compris ; cela donnait 9kg x 2 = 18kg, c’est à dire très proche de la pesée ruche entière. Si j’ajoute 5kg d’essaim et 3kg de cire + pollen (estimation), cela donne 26kg. Le poids de mes ruches allait de 32kg (16 x 2) à 43kg (21,5 x 2). Par différence avec ma pesée au cadran multipliée par deux, j’obtiens le poids de la réserve en nourriture. Dans mon cas, cela irait de 6 à 17kg. Par précaution, j’ai remis un pain de candi à celle qui n’a que 6kg. »

Explication d’Ariel

Trucs et astuces

L’abeille des deux Sèvres met à disposition dans chaque local de vente de matériel  (Aiffres et Bressuire ) des bacs  pour recueillir les lanières usagées de traitements varroas. Elles seront ainsi détruites par la filière appropriée afin de ne pas impacter l’environnement.

Publié par Laisser un commentaire

Des chercheurs du CNRS de Chizé prouvent que les abeilles sont aussi efficaces que les produits phytosanitaires

Des chercheurs du CNRS de Chizé dans les Deux-Sèvres ont mené une large étude sur des parcelles de colza. Résultat : les abeilles permettent d’augmenter le rendement aussi bien que les pesticides.

La bataille autour des pesticides enfle depuis plusieurs semaines, notamment avec les arrêtés anti-pesticides pris par plusieurs maires en France. A Chizé, dans les Deux-Sèvres, des chercheurs du CNRS ont mené une étude d’observation pour comparer les rendements des parcelles de colza avec produits phytosanitaires et de celles pollinisées par les abeilles. Résultat : un même résultat, l’un plus économique et écologique que l’autre.

Les abeilles plus rentables pour les agriculteurs

Sur une zone d’étude de 450 kilomètres carrés, les chercheurs ont comparé et fait un suivi de la biodiversité avec l’aide des agriculteurs. D’un côté, des parcelles de colza où sont utilisés des produits phytosanitaires, connus pour augmenter les rendements ; de l’autre, des cultures où est favorisée la pollinisation des abeilles. Résultat : les abeilles présentes sur les parcelles permettent d’augmenter les rendements de plus d’un tiers (de 35 à 40%). 

Le reste de l’article est disponible à l’adresse suivante :

https://www.francebleu.fr/infos/agriculture-peche/des-chercheurs-du-cnrs-de-chize-prouvent-que-les-abeilles-sont-aussi-efficaces-que-les-produits-1570994426

Publié par Laisser un commentaire

Salon International du Matériel Apicole du 6 au 8 décembre 2019 au Parc des Expos d’Avignon

Bonjour à tous, 

Veuillez trouver ci-après le lien concernant le SimApi d’Avignon auquel nous espérons avoir le plaisir de nous y retrouver très nombreux. 

Ce salon s’annonce comme un véritable évènement pour la filière, compte tenu du nombre et de la diversité des exposants présents. 

Aussi, nous vous remercions de bien vouloir faire suivre ce message à tous vos adhérents et si besoin, pensez aux solutions co-voiturage et affrètement d’un car.

Cordialement.

Frank Alétru 

Publié par Laisser un commentaire

La page des débutants – Octobre 2019

Voilà avec ce mois d’octobre qui s’annonce le commencement du repos de l’apiculteur. Tout doit être terminé au rucher.

Les dispositions à prendre dès à présent

Durant l’hiver, lorsqu’il va faire froid les abeilles vont se mettre en hibernation. Elles seront en grappe au cœur de la ruche, plus ou moins serrées, suivant la température extérieure. Pendant cette période, les souris qui ont un autre rythme de vie profitent de cette tranquillité tranquillité pour trouver le gîte et le couvert à l’intérieur. Durant ce temps, elles peuvent occasionner des dégâts en altérant les cires et par leur présence stresser les abeilles.

Pour les empêcher de pénétrer dans l’habitat vous mettez les portes appropriées riées et le tour est joué pour l’hiver.

Le traitement anti-varroa varroa

Vous avez placé les lanières dans les ruches en prenant soins de noter la date. Dès que les 10 semaines vont être écoulées vous allez pouvoir les retirer comme l’indique le mode d’emploi afin de limiter l’accoutumance du parasite à la molécule active. Ceci est important afin de bénéficier de produits encore efficaces pour les années à venir.

Vous avez ci-dessous dessous les deux médicaments recommandés pour le traitement des ruches vis-à-vis vis du varroa. Attention à l’usage des autres procédés qui restent plus aléatoires car plus contraignant pour leur application.

Si vous débutez ou si vous n’avez pas l’un de ces produits anti-varroa varroa vous pouviez ez en obtenir auprès de l’ABEILLE DES DEUX-SEVRES en les commandant en début d’année.

L’assainissement de vos colonies

Vous avez à votre disposition au groupement d’achats apicole des produits aux extraits naturels de plantes qui sont de nature à stimuler et renforcer les colonies. C’est actuellement le meilleur moment de les mettre en œuvre pour que les abeilles passent l’hiver dans les meilleures conditions. C’est maintenant que vous devez préparer les colonies pour la saison 2020.

La fonte de la cire

Si vous êtes débutant, vous n’avez pas encore les moyens d’investir dans une chaudière à cire. Elle n’est pas indispensable, sauf pour les vieux cadres qui ne font pas, en principe, de la belle cire.

La plus belle est celle obtenue à partir des opercules que vous aurez égouttés après extraction du miel.

Il suffit de mettre un peu d’eau dans le fond d’un récipient et d’y placer les opercules pour les faire fondre. Après refroidissement vous aurez une partie solide, la cire et l’autre liquide, un sucre caramélisé qui n’a plus rien à voire avec le miel bien entendu.

Après avoir enlevé les impuretés, cette opération peut être refaite pour assainir la cire avant de la ramener au local du syndicat l’ABEILLE DES DEUX-SEVRES.

Elle peut ut vous être reprise en échange avec de la cire gaufrée et là, vous ne payez que le gaufrage. Si vous avez un collègue apiculteur qui est équipé d’une chaudière à cire, vous pouvez toujours le solliciter pour le traitement de vos opercules voire également les cadres si vous en avez.

Le rangement du matériel

Pendant la saison l’apiculteur vaque aux tâches les plus urgentes et productives. Il délaisse le matériel qui ne retrouve pas toujours la place qui lui est consacrée après usage. C’est le moment de le faire après l’avoir nettoyé si nécessaire et ainsi gagner de la place.
Il sera agréable l’année prochaine de le retrouver facilement et prêt à servir.

La mise du miel en pot

Soignez la mise en pot de votre miel. Le consommateur est très sensible à une belle présentation. Il déguste d’abord avec les yeux.

L’étiquetage

L’étiquetage qui est indispensable indique :

  • miel récolté en France et mis en pot par l’apiculteur, ce qui est déjà inscrit sur les pots vendus au magasin, sauf sur les pots en verre ;
  • l’adresse de l’apiculteur ;
  • le n° du lot ;
  • la DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale)
  • le n° SIRET pour ceux qui commercialisent du miel.

Si vous vendez du miel, vendez-le à son juste prix.

Trucs et astuces

Les planchers en plastique

Des colonies propolisent plus que d’autres et obturent par exemple les trous d’aération du plancher. N’utilisez pas de source de chaleur (chalumeau) pour l’enlever vous risqueriez de les déformer. Si vous disposez d’un grand bac, vous pouvez les faire tremper dans de l’eau chaude additionnée de lessive de soude. Cette façon de procéder sera à conduire avec précaution en respectant les conditions d’utilisation et équipez vous de gants appropriés. Un coup de nettoyeur haute pression est de nature à finir le nettoyage.

Il reste parfois des trous bouchés. Un petit outil que vous pouvez réaliser vous-même peut vous aider à les libérer. Pour cela il faut être un peu bricoleur, avoir un étau, une bonne lime ou une meuleuse et terminer par quelques coups de marteau pour lui donner la forme appropriée. Ce matériel va vous permettre une remise à neuf de vos planchers que les abeilles se chargerons, hélas, de propoliser de nouveau.

Le stockage des cadres

L’hiver est une période propice pour préparer les cadres en vue de la saison prochaine. Les vieux comme les neufs ne sont pas facile à stocker, les piles peuvent se renverser et les cadres ont tendance à se déformer. Une fois les cires fixées, les cadres doivent être stockés impérativement à la verticale. Pour répondre à cette exigence il existe une astuce. Vous fixez deux rails de bois sous un plancher ou une étagère spéciale. Ce dispositif vous permet de les conserver dans des conditions optimums.

Les cires gaufrées ne seront pas préparées trop longtemps à l’avance si les cadres sont stockés à la lumière.

Publié par Laisser un commentaire

Déclaration des ruchers

La campagne de déclaration de détention de ruches 2019 est ouverte. En pièces jointes, vous avez toutes informations utiles pour effectuer cette démarche de préférence en ligne ou par courrier.

Plus d’information sur http://mesdemarches.agriculture.gouv.fr puis cliquer sur « particulier »

Lien vers le formulaire de déclaration en ligne :
https://agriculture-portail.6tzen.fr/default/requests/Cerfa13995/
Publié par Laisser un commentaire

Découvrez le catalogue de formations de l’ADANA

L’ADA Nouvelle-Aquitaine vous présente son catalogue de formations 2019 / 2020

Questions sanitaires, élevage, techniques de production, gestion de cheptel, valorisation, stratégies d’exploitation, approvisionnement :
un programme complet, disponible ici.

L’ADANA fait de la formation continue de ses adhérents une priorité. Nous avons élaboré un programme de formation complet, réparti sur l’ensemble du territoire et répondant au mieux à vos besoins. 

Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire, par téléphone : 05 58 85 45 48
ou par mail : kiliana.debellescize@adana.adafrance.org.  

Publié par Laisser un commentaire

La page des débutants – Septembre 2019

Hivernage des colonies. Etat des colonies.

C’est le moment d’examiner les colonies et de recentrer le nid à couvain si cela est nécessaire et répartir la nourriture équitablement de part et d’autre. Il convient de manipuler les cadres en douceur afin d’éviter de
coincer ou écraser la reine à cette période de l’année. Elle ne pourrait pas être relayée. La période de reproduction est passée avec l’absence des mâles à cette saison. Dans le cas de colonies faibles vous pouvez les passer en ruchette ou réunir deux colonies dans une ruche ou placer une partition pour réduire le volume de
la ruche.

État des réserves.

Certains diront : nous avons encore du temps devant nous. Pourtant, c’est en fonction de l’état
actuel des réserves que les colonies passeront l’hiver à quelques exceptions près. En effet, de-ci, de-là, il peut y
avoir une miellée qui se présente sur de la phacélie par exemple. Il vous appartient donc d’effectuer le bilan et noter les colonies qui risquent d’avoir besoin d’être nourries en priorité au cours de l’hiver. Le Groupement d’Achats de l’ABEILLE DES DEUX-SEVRES pourra pour ce nourrissement vous fournir, si vous avez besoin, du candi (apifonda) approprié pour l’hiver.

Publié par 6 commentaires

Enquête de Mortalité Hivernale 2019-2020

    Traitement contre la varroase (obligatoire)
    ouinon

    Si oui :
    ApitrazApistanApivarApiguardThymovarautres

    Le traitement a été effectué :
    au printempsà l’automneou les deux