Publié par Laisser un commentaire

Informations concernant les groupements d’achats

Aiffres :

La prochaine ouverture du groupement d’achats sera le 22 août.
Les conditions d’accès sont toujours les mêmes, à savoir : commande par mail à « odilemichel.bonneau@yahoo.fr » avant le vendredi 21 à 12H00 et je vous donne un RDV pour prendre votre commande. Le masque est obligatoire au magasin.

Les médicaments commandés seront disponibles et nous vous invitons à venir les prendre dès que possible. Les médicaments doivent partir au plus tard le 12 septembre
Si vous ne voulez pas de matériel mais seulement les médicaments, vous pouvez venir sans RDV.

Bressuire :
Le local est transféré 9 rue du parc à BOISME.
Les commandes sont à faire par mail « abeille79nord@free.fr »
Les conditions d’accès sont toujours les mêmes à savoir commande par mail avant le vendredi 21 à 12H00 et on vous donne un RDV pour prendre votre commande. Le masque est obligatoire au magasin.

Les médicaments commandés seront disponibles et nous vous invitons à venir les prendre dès que possible. Les médicaments doivent être récupérés par les apiculteurs au plus tard le 12 septembre.
Si vous ne voulez pas de matériel mais seulement les médicaments, vous pouvez venir sans RDV.

N’oubliez pas que les traitements anti varroa doivent être faits au plus tard le 15 septembre pour une bonne efficacité.

Michel Bonneau

Publié par Laisser un commentaire

Les pages des débutants – août 2020

L’ABEILLE DES DEUX-SEVRES

Le bilan de la récolte de miel

En principe, dans la région Poitou-Charentes tout au moins, on peut dire que la miellée de tournesol est bien avancée voire terminée lorsque l’on aborde les premiers jours d’août. Contrairement au miel de colza celui de tournesol pourra être récolté lorsque l’apiculteur sera disponible. Sa constitution et la température aidant à cette saison, il tardera à cristalliser. La quantité de miel récoltée restera variable d’un rucher à l’autre. Chaque apiculteur pourra faire son propre bilan et rechercher les causes d’une faible récolte (colonies peu populeuse, parcelles de tournesol éloignées, variété non mellifère, nature du sol, la météo, etc).

La miellée de tournesol, est-ce la dernière ?

Après cette miellée, ce que les abeilles vont récolter, elles le garderont précieusement afin de constituer leurs réserves pour passer l’hiver. Dans d’autres régions ce n’est pas le cas, les abeilles peuvent encore effectuer une récolte de miel sur le sapin, la bruyère, … Les apiculteurs transhumants du Poitou-Charentes peuvent aller sur la bruyère en parcourant quelques centaines de kilomètres.

L’hivernage des ruches

Lorsque la miellée de tournesol se pointe, les jeunes colonies n’ont pas encore garni le bas de la ruche. Avant de placer la première hausse, il convient d’attendre que les cadres de rive du corps de ruche soient garnis. Ces cadres de miel constitueront les réserves pour l’hiver prochain.

Toutefois, pour simplifier la tâche et limiter les allers et retours au rucher pour suivre le remplissage du corps de ruche, vous avez la solution « du journal ».

Vous placez une feuille de journal sur la ruche et vous ajoutez la hausse par-dessus. Les abeilles complèteront la ruche, puis ensuite, elles attaqueront la feuille du journal qu’elles se chargeront de faire disparaître afin d’emmagasiner dans le grenier à miel.

L’hiver se prépare très tôt. Certains penseront que cela est prématuré, ils se trompent. En général ce sont ceux qui récoltent sans mesure, sans songer aux mauvais jours qui se rendront compte qu’il faut apporter d’abondantes provisions au cours de l’hiver pour que les colonies puissent atteindre le printemps suivant.

L’apiculteur s’abstiendra de prélever du miel dans le corps de la ruche, ce serait une bien mauvaise opération.

Je sais bien que certains penseront qu’il est plus économique de remplacer le miel relativement cher par du sucre, meilleur marché. Au point de vue économique, c’est exact. Je ne pense pas que cela le soit du point de vue biologique.

Le traitement anti-varroa

Aussitôt après la récolte de miel de tournesol, suivant le mode d’emploi préconisé par le fabricant. N’attendez pas de constater d’une manière visuelle les symptômes de cette parasitose (ailes atrophiées, larves mortes, nymphes mortes,…). A ce stade la maladie a atteint un niveau critique. Il convient d’anticiper en traitant les colonies d’une façon systématique.

Pour les apiculteurs plus disponibles, des tests sont possibles pour estimer le niveau d’infestation de vos colonies. Dans ce cas il vous appartient de vous référer à des personnes compétentes.

Sachez qu’un rucher négligé peut contribuer à infester ceux qui sont dans le même secteur géographique. Les colonies fortes de ces ruchers seront les plus exposées par leur capacité à piller.

Pourquoi traiter dès à présent ?

C’est à partir de cette période que vont être élevées les abeilles qui passeront l’hiver et qui relanceront la colonie au printemps prochain. Elles doivent donc être normalement constituées et viables.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-6.png.

Rubrique des trucs et astuces

Vous allez récolter votre miel de tournesol au mois d’août. Après extraction et filtration, le miel sera mis dans un maturateur. Son usage a pour effet de laisser le miel se reposer de façon à ce que les bulles d’air qui se sont introduites dans le miel au moment de l’extraction remontent à la surface et en même temps les dernières particules de cire. Le miel est parfois épais et il faut un certain temps pour vider le seau. Vous avez aux dépôts de matériel (AIFFRES et BRESSUIRE) un outil très pratique « un support de seau ». Il permet de le maintenir en position inclinée de manière à ce qu’il s’égoutte pendant que le seau suivant se remplit. Ce support est en inox, s’adapte sur tous les maturateurs et peut recevoir tous les seaux. N’hésitez pas à le demander, il n’en coûte que 16,54€, soit la valeur de 2 kg de miel.

Michel BONNEAU

Animateur  du rucher école de CELLES SUR BELLE

Publié par Laisser un commentaire

L’abeille l’animal le plus important de la planète

L’abeille déclarée animal le plus important de la planète Solène Leclerc Publié le 05/11/2019

Le cercle de la vie est un schéma précis qui permet, comme son nom l’indique, à la vie de se développer sur Terre. Cet équilibre est très fragile et s’il arrivait qu’il se brise, le futur de la planète Terre serait en danger. Pour cela, il suffirait qu’une seule espèce animale disparaisse pour que tout s’écroule. Cet animal, c’est l’abeille. Ce qui fait d’elle l’animal le plus important de la planète.

 
© percent/123RF

Il suffirait qu’un animal disparaisse et l’avenir de la planète serait incertain. En 2008, l’institut Royal Geographic Society a organisé une réunion à Londres et a proclamé les abeilles « espèce animale la plus importante et la plus précieuse de la planète ».

Le rôle important de l’abeille

Si peu de gens portent l’abeille dans leur cœur à cause de leur apparence, elle reste un maillon primordial de notre cercle de la vie. La vie telle que nous la connaissons dépend de l’étroite relation qui existe entre les abeilles et les plantes. En effet, les abeilles jouent un rôle important dans la pollinisation.

Mais qu’est-ce que la pollinisation exactement ? La pollinisation est un mode de reproduction qui consiste à transporter les grains de pollen, par l’intermédiaire d’un pollinisateur, d’une fleur ou plante à l’autre. Le pollinisateur se trouve être l’abeille. Sans abeille, il serait donc impossible de faire perdurer l’agriculture. En 2018, la FAO (Food and Agriculture Organization of the United nations a déclaré que « L’absence d’abeilles et d’autres pollinisateurs éliminerait le café, les pommes, les amandes, les tomates et le cacao, pour ne citer que quelques-unes des cultures qui dépendent de la pollinisation ».

Déjà en 2014, la BBC affirmait que sur 100 espèces cultivées qui nourrissent 90% du monde, les abeilles en pollinisent environ 70%.

Ces chiffres sont la preuve que l’abeille est notre cheffe de la chaîne alimentaire. Perdre cet insecte serait alors désastreux, voire apocalyptique.

L’abeille, espèce menacée

Malheureusement, les abeilles ont été déclarées en voie de disparition depuis 2017, et la situation est dramatique. L’abeille a du mal à s’adapter à une nouvelle vie végétale, en particulier celles créées en laboratoire. Elle lutte également pour survivre dans un monde où les pesticides et la déforestation sont devenus monnaie-courante. Tous ces changements expliquent le déclin de l’espèce.

Comment sauver les abeilles ?

Comment sauver les
            abeilles ?
© STUDIO GRAND WEB/123rf

Mais rien n’est encore totalement perdu. Un peu partout dans le monde, des initiatives voient le jour pour permettre aux abeilles de proliférer.

Dans les grands centres urbains, comme Paris, on assiste à une recrudescence des espaces verts. Que le projet vienne de la mairie comme des citoyens, on trouve à présent des coins de verdure dans certains quartiers, comme à Barbes ou encore à la Villette. De nombreux immeubles arborent sur leur toit des ruches, permettant aux abeilles de polliniser, même en ville.

Autre action accessible à tous, rats des villes et rats des champs, vous pouvez semer des fleurs sauvages. Bleuets, coquelicots, trèfles, vous avez l’embarras du choix.

Autres articles proposés par l’auteur

Publié par Laisser un commentaire

Les pages des débutants – juillet 2020

L’ABEILLE DES DEUX-SEVRES

La première récolte est dans les fûts voire dans les pots. Les fleurs après s’être raréfiées suite à la miellée de colza, de nouveau, réapparaissent : les ronces, le chèvrefeuille, les troènes, les trèfles… Mieux encore, les châtaigniers sont en fleurs. Quelle aubaine pour ceux qui les ont à proximité de leurs ruchers. Les adeptes de la transhumance peuvent également en bénéficier. En plus de la récolte, les colonies se renforcent pour aborder plus sereinement la miellée suivante, le tournesol.

La transhumance

Pour transhumer, il n’y a plus obligation de disposer d’un certificat sanitaire. Par contre, vous devez signaler au département vers lequel vous transhumez (DDCSP) votre intention de déplacer vos ruches en indiquant précisément leur futur emplacement. Le numéro d’apiculteur (NAPI) sera visiblement affiché sur les ruches ou, pour le moins, sur une pancarte placée visiblement dans le rucher transhumant. Si vous disposez de pas mal de colonies, veillez à leur disposition. Il faut éviter de les placer côte à côte sur une ou plusieurs rangées à cause de la dérive si votre emplacement est nu et ne dispose pas suffisamment de points de repère permettant aux abeilles de s’orienter.

Il est bon de rappeler certains conseils qui peuvent épargner des déboires, voire des situations parfois trop piquantes. Le jour de la récolte doit être choisi: pas ou peu de vent, pas de temps orageux, du calme. Ne laissez pas traîner des morceaux de rayon contenant du miel. Craignez le pillage. Bien qu’avec beaucoup de précaution, il faut agir rapidement et l’objectif consiste à débarrasser les rayons de miel des abeilles qui les recouvrent.

De nombreux procédés existent.

1 – Si vous avez peu de ruches, il y a le chasse abeilles qui se place entre la hausse et le corps de ruche.

2 – Il y a aussi la fumée et l’enlèvement des rayons cadre par cadre et le brossage.

3 – Le benzaldéhyde est un répulsif qui peut être utilisé avec précaution pour ne pas altérer le miel. Dans ce dernier cas, il est souhaitable de s’en entretenir avec un apiculteur qui utilise cette technique, il vous donnera les bons conseils.

Les hausses après la récolte.

Lorsque vous aurez procédé à l’extraction et que vous aurez remis tous les cadres vides dans les hausses, il faudra les faire lécher par les abeilles. Cela consiste à les replacer pendant 2 ou 3 jours sur le corps de ruche et le nettoyage sera vite fait. Ensuite il faudra soit les laisser en place si vous prévoyez une seconde miellée, soit les mettre à l’abri de la fausse teigne par un des procédés que vous trouverez dans tous les traités d’apiculture, jusqu’au nouvel emploi l’an prochain. En fin de saison, des conseils vous seront donnés par la voie de la page des débutants afin de conserver vos hausses durant l’hiver à l’abri de la fausse-teigne.

Les essaims de l’année

Les essaims en ruchette sur cire gaufrée ne peuvent compter sur les réserves. Ils sont tributaires de la nourriture qu’ils vont trouver dans leur l’environnement. Or, suivant les secteurs il y a plus ou moins de ressource (nectar) disponible. Pour un développement harmonieux de la colonie, nourrissez vos essaims, ils vous le rendront largement à l’occasion des prochaines miellées. Vous veillerez à vérifier si la reine est bien toujours présente. Si la colonie est devenue orpheline, il est encore temps d’introduire une reine ou un cadre pris dans une ruche forte avec du couvain ouvert.

Abeille butinant une fleur de phacélie

Rubrique des trucs et astuces

Lorsque vous ramassez les hausses pour la récolte du miel, il reste plus ou moins d’abeilles sur les cadres surtout s’il y a du couvain. Elles vont vous accompagner au moment de l’extraction. Dans la miellerie, les abeilles sont attirées par la lumière et se dirigent vers les fenêtres pour tenter de retrouver leur liberté. Si elles ne sont pas libérées, on assiste à un va-et-vient qui crée des désagréments pour les opérateurs. Si vous ouvrez la fenêtre, vous avez celles qui veulent quitter les lieux et celles de l’extérieur qui sont attirées par l’odeur du miel et qui en profitent pour rentrer.

La solution est la fenêtre réversible fixée sur un axe horizontal ou vertical. Lorsque les abeilles sont collées à la vitre, après un demi-tour, elles sont toutes dehors. Cette manœuvre peut être renouvelée autant de fois que nécessaire.

Les abeilles cherchent l’échappatoire

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-6.png.

Elles retrouvent leur liberté

Michel BONNEAU

Animateur  du rucher école de CELLES SUR BELLE

Publié par Laisser un commentaire

Étiquetage de l’origine des miels

De : ADA NA
Envoyé : mardi 16 juin 2020 10:21
À : syndicatlabeille
Objet : [ADANA pratique] -Etiquetage de l’origines des miels
 
Voir cet email dans votre navigateur

La mention des pays d’origine obligatoire au 1er janvier 2021

La loi 2020-699 du 10 juin 2020 relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles modifie le code de la consommation par la mesure suivante :
« Pour le miel composé d’un mélange de miels en provenance de plus d’un Etat membre de l’Union européenne ou d’un pays tiers, tous les pays d’origine de la récolte sont indiqués par ordre pondéral décroissant sur l’étiquette« . Ces mesures s’appliquent également à la gelée royale.

Cette mesure entre en vigueur le 1er janvier 2021. A compter de cette date, les produits légalement fabriqués ou commercialisés avant cette même date dont l’étiquetage n’est pas conforme peuvent être vendus ou distribués à titre gratuit jusqu’à l’épuisement des stocks.
accéder au texte de loi
Vous recevez cette information en tant qu’adhérent ou partenaire de l’ADANA. Les informations diffusées par notre association à but non lucratif sont financées en partie par les adhésions. Pensez-y si vous relayez ce message et suggérez à vos contacts de nous rejoindre !


Retrouvez nous sur le site de l’ADANA

Copyright © 2020 ADA NA, All rights reserved.
Vous recevez ce mail grâce à votre adhésion à l’ADA Nouvelle Aquitaine
Publié par Laisser un commentaire

Informations concernant les groupements d’achats (matériel et médicaments)

Cliquer sur le lien ci-dessous pour les conditions d’ouverture.

https://abeilledesdeux-sevres.fr/2020/05/ouverture-des-groupements-dachats/

Pour Bressuire, vous reporter au planning prévu.

La prochaine ouverture du magasin à Aiffres sera le 27 juin. La suivante sera le 22 août.
Vos commandes doivent être envoyées impérativement au plus tard le vendredi précédant l’ouverture à 13H00 sinon elles seront reportées à l’ouverture suivante.
Il n’est pas prévu de servir ceux qui n’auraient pas commandé avant.

Il est encore possible de commander des médicaments jusqu’au 29 juin .
Après ce sera trop tard !

Nous vous demandons de venir chercher vos médicaments dès que possible.
Impérativement avant le 15 septembre. Pour être efficace, les traitements doivent être effectués au plus tard à cette date.

Les commandes faites avant fin mars sont disponibles en juin.
Les dernières seront disponibles fin août.
Il n’est pas nécessaire de prendre RDV si vous ne voulez pas de matériel.

Michel Bonneau
Responsable du magasin à Aiffres
Gérant des médicaments

Publié par Laisser un commentaire

Alerte sur une tentative d’hameçonnage

——- Message transféré ——–

Sujet :Message de la DGAL à l’ensemble des apiculteurs
Date :Thu, 11 Jun 2020 08:38:51 +0200
De :Assistance.declaration.ruches – DGAL/SASPP/SDSPA/BSA
Répondre à :Assistance.declaration.ruches – DGAL/SASPP/SDSPA/BSA

Mesdames, Messieurs,

Nous souhaitions vous alerter sur une tentative d’hameçonnage qui viserait certains d’entre vous avec un document imitant le logo et l’entête d’une instruction de la DGAL. Cette fausse instruction technique datée du 3 juin 2020 vous demande de communiquer à une boite mail frauduleuse votre CNI ainsi que votre passeport.

Si vous avez reçu ce type de demande, vous ne devez en aucun cas y répondre. La DGAL ne vous demandera jamais ce type d’information que vous ne devez en aucun cas communiquer.

Nous vous remercions de votre vigilance.

Bien cordialement

La Sous-directrice de la Santé et protection animales

Publié par Laisser un commentaire

Avertissement ! Nourriture et renouvellement des reines

Je voudrais vous alerter sur la situation de nos ruches actuellement.
Nous avons fait une bonne récolte de printemps car il y avait beaucoup de fleurs et du beau temps.
Il y a eu des essaimages parfois importants.

Actuellement, il faut être vigilant car les stocks sont parfois au plus bas.
Il faut donc surveiller les ruches qui se sont allégées ces derniers jours.
Il sera bon également de vérifier que les ruches ayant essaimé ont bien renouvelé leur reine.

Surveiller également les nouveaux essaims, que ce soit les naturels ou les artificiels. Ils ont parfois besoin d’un petit coup de sirop pour survivre.

Soyez vigilants, la survie des colonies en dépend.

Cordialement
Michel Bonneau
Animateur du rucher école de Celles sur Belle

Publié par Laisser un commentaire

FNOSAD tests d’efficacité 2020


Il est proposé aux apiculteurs qui le souhaitent (voir ci-dessous) de participer à des tests d’efficacité des produits de traitement contre le varroa.
Ceux qui sont intéressés pour y participer peuvent m’en faire part.
Les informations concrètes seront données dès que possible.

Michel Bonneau
odilemichel.bonneau@yahoo.fr

Message à l’attention des OSAD

Bonjour à toutes et à tous,

Compte tenu des difficultés croissantes dans la lutte contre le varroa, la FNOSAD considère qu’il reste très important de surveiller l’efficacité des médicaments disponibles sur le marché.
En conséquence, en 2020, la FNOSAD coordonnera à nouveau des tests d’efficacité de médicaments de lutte contre le varroa.
Cette année, les médicaments Apivar, Apitraz, Apistan, Apiguard et la méthode d’encagement de reine + Oxybee seront testés.

Les protocoles sont bien avancés, néanmoins, les évolutions réglementaires cadrant ces tests ainsi que l’évolution de l’organisation logistique nous empêchent de vous les transmettre immédiatement.
Dès finalisation ces protocoles vous seront envoyés.

Entre temps, merci d’interroger les apiculteurs de votre OSAD disposés à participer à ces tests et de nous indiquer dès que possible leurs coordonnées ainsi que le nombre de colonies sur lesquelles ils entreprendront ces tests afin que nous puissions organiser au mieux la mise à disposition des médicaments.

Bien cordialement

Jérôme Vandame
Coordinateur de la FNOSAD


Publié par Laisser un commentaire

Les pages des débutants – Juin 2020

L’ABEILLE DES DEUX-SEVRES

C’est probablement l’un des mois le plus important de la saison. La récolte de miel de printemps (colza) est juste réalisée. Les colonies qui se sont plus ou moins dépeuplées avec l’essaimage sont en train de se refaire. Les populations doivent se reconstituer pour les prochaines récoltes : miel toute fleur, le châtaignier, le tournesol…

Reconstituez vos colonies

Stimuler vos colonies avec un nourrissement spéculatif pour accroître la ponte de la reine et ainsi les préparer (les rendre plus populeuses) pour des récoltes à venir plus abondantes.

Il n’est pas trop tard pour réaliser des essaims artificiels

.

Nourrisseur Lhoro

Avertissement

Après la période d’essaimage, vous pouvez être en présence de colonies où l’activité peut paraître normale. Or, si vous recherchez le couvain, il n’y en a plus. La jeune reine n’a pas encore débuté sa ponte. Il vous appartient de vous armer d’un peu de patience et attendre deux semaines environ avant de vous faire une idée sur l’avenir de ces colonies. Il peut arriver également qu’il n’y ait plus de reine (plusieurs essaimages ou des reines perdues lors de la fécondation….).

Ceci sera à vérifier également dans les 15 jours qui suivent l’essaimage. Il sera nécessaire d’en introduire une jeune.

La maturité du miel

Pour ceux qui n’auraient pas encore réalisé leur récolte ou ceux qui n’auraient pas reçu l’information, veillez à récolter un miel bien mûr, c’est-à-dire operculé. L’eau en excès a été retirée par les abeilles. Il sera plus sûr de se conserver.

Le matériel d’extraction

Actuellement les extracteurs sont en inox. C’est un matériel robuste et facile à nettoyer. Ils sont de deux types : radiaire (les cadres sont placés perpendiculairement à la paroi) ou tangentiel (les cadres sont placés parallèlement à la paroi).

L’association l’ABEILLE DES DEUX-SEVRES met gratuitement à la disposition des débutants le matériel d’extraction.

La maturation après extraction

Il est bon si possible de disposer d’un fût avec un robinet à sa base qui sera utilisé comme un maturateur. Le passage quelques jours dans ce récipient permet de séparer les impuretés du miel. Celui de colza ne devra pas y séjourner trop longtemps car il cristallise vite.

Si vous n’avez pas un tel équipement au bout d’une semaine environ à l’aide d’une spatule, vous raclerez les impuretés qui seront remontées à la surface.

Apportez beaucoup de soins à votre miel pour qu’il ait le meilleur aspect, qu’il soit impeccable afin qu’il séduise vos proches.

Les opercules

Après la récolte du miel, les opercules sont essorés avec un matériel adéquat ou bien ils sont égouttés pendant plusieurs jours. On estime à 10% la quantité de miel enlevé avec les opercules. Ce miel pourra rejoindre le reste de la récolte et ce n’est pas négligeable.

Ensuite, les opercules seront fondus. La cire qui en sera issue constituera la meilleure, la plus pure, comparée à celle des vieux cadres qui sera extraite à l’aide de la chaudière à cire.

L’exposition des ruches

Le meilleur emplacement est celui qui est aéré et qui bénéficie des premiers rayons du soleil le matin, puis ensuite passe à l’ombre en début d’après-midi. Attention au sous bois, l’activité débutera plus tardivement le matin si les ruches sont à l’ombre et durant les périodes de pluies, l’humidité se dissipera plus lentement et exposera votre cheptel aux mycoses.

Rubrique des trucs et astuces

L’entretien du rucher

Le nettoyage autour des ruches est une corvée que personne ne souhaite réaliser. La nature reprend toujours ses droits. Alors, pour entretenir le tour des ruches et notamment au printemps, il faut utiliser régulièrement la faucille, la tondeuse, le roto fil… pour maîtriser les herbes et les ronces. Comme vous l’avez remarqué ces travaux ne se terminent pas toujours dans un climat apaisé du côté des abeilles et l’intervenant a tout intérêt à être bien protégé.

La solution de facilité est l’usage du désherbant. Ce qui n’est pas très écologique avec un résultat limité dans le temps et malsain pour les abeilles.

Une troisième solution s’offre à nous avec un produit vendu en jardinerie, utilisé entre autres pour aménager le pourtour des arbres : le film de paillage plastique.

La photo ci-dessus vous montre ancrage au sol
Une vue d’ensemble de l’aménagement du rucher école de CELLE SUR BELLE

Ce film se vend en différentes largeurs et longueurs. Dans le cas présent c’est une grande largeur de 2,10 mètres. Avant de le poser, il convient de préparer le sol en le nivelant si nécessaire et couper l’herbe à ras.

La dimension du film est choisie en fonction de l’importance du rucher. Pour le tenir une petite tranchée peut être faite sur le pourtour pour le fixer avec de la terre ou vous optez pour des agrafes que vous trouverez dans le commerce. Ces agrafes peuvent être réalisées avec des barres de fer à béton lisses de 0,5 ou 0,6 centimètres et de 6 mètres de long. Vous couperez des morceaux de 60 centimètres en repliant les bouts sur 15 centimètres à l’aide d’un étau et l’agrafe sera prête à être utilisée. Elles seront placées tous les mètres pour que le vent ne puisse pas s’engouffrer dessous.

Le film ne débordera pas plus de 30 à 50 centimètres derrière les ruches pour réserver la plus grande surface devant.

Avec cet équipement, la tondeuse pourra effectuer le travail avec moins de dérangement pour les abeilles. La tenue de l’apiculteur sera malgré tout une sage précaution et reste donc de rigueur.

Michel BONNEAU Animateur du rucher école de CELLES SUR BELLE