Publié par Laisser un commentaire

Travaux apicoles autorisés dans le contexte du reconfinement

Suite à l’annonce du reconfinement et comme au printemps dernier, les déplacements pour faire vos achats dans les magasins de matériel apicole ainsi que les déplacements pour l’entretien de vos ruchers seront autorisés durant cette période en vous munissant des documents ci-dessous. Pour mémoire, les groupements d’achats de l’Abeille des Deux-Sèvres ne rouvriront qu’en janvier prochain.

  • Votre attestation de déplacement dérogatoire téléchargeable sur le site du gouvernement.
  • Ainsi que votre déclaration télé ruchers qui fait apparaître votre numéro SIRET  qui correspond à l’identification d’une activité économique et d’élevage, ou votre NAPI.

Vous devrez cocher  la case déplacements pour effectuer des achats de première nécessité. Les magasins de fournitures agricoles (donc apicoles) sont autorisés à rester ouverts (voir liste sur sur le site du gouvernement). Cela sera utile si vous avez besoin d’aller acheter du sirop de nourrissement ou du matériel.

L’ensemble de ces déplacements sont autorisés dans la continuité de l’activité apicole donc agricole car ils relèvent du bien être animal.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des éventuelles modifications.

Avec nos vœux de bonne santé, restez prudents

Le président : François CHAUVEAU

NB : Cette information émane de Franck ALETRU Président du Syndicat National d’Apiculture et adaptée à nos groupements d’achats.

Publié par Laisser un commentaire

Campagne de déclaration de ruches 2020

Madame, Monsieur,

Tout apiculteur est tenu de déclarer chaque année entre le 1er septembre et le 31 décembre les colonies d’abeilles dont il est propriétaire ou détenteur. La déclaration de ruches 2020 est à réaliser en ligne sur le site Mesdémarches du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (cliquez ici).

Le récépissé de votre déclaration de ruches vous sera adressé par mél immédiatement après validation de la démarche.
Il est possible que certaines messageries placent ce mél parmi les courriers indésirables ou spam. Nous vous invitons à vérifier dans ce dossier si le mél contenant le récépissé n’apparait pas dans votre boite de réception. il est également possible de télécharger directement le récépissé tout de suite  après validation de la démarche. Ce récépissé vous sera demandé  pour pouvoir bénéficier des aides européennes dans le cadre du Plan apicole européen qui soutient la réalisation d’actions en faveur de la filière apicole française.

Déclarer votre rucher est obligatoire quel que soit le nombre de ruches à déclarer. Toutefois, si vous avez cessé votre activité d’apiculteur, vous n’êtes pas concerné par ce message.

En effectuant votre déclaration, vous  contribuez à une meilleure connaissance du cheptel apicole français et à une gestion plus efficace des dangers sanitaires notamment face à la menace que représente le parasite Aethina tumida.

Si vous rencontrez des difficultés pour télédéclarer, vous pouvez envoyer votre déclaration entre le 1 septembre et le 31 décembre ( le cachet de la poste faisant foi) à l’adresse suivante :

DGAL – Déclaration de ruches
251 rue de Vaugirard
75732 Paris Cedex 15

Le service en charge du suivi de la déclaration de ruches

Direction générale de l’alimentation

Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation

Publié par Laisser un commentaire

Les pages des débutants – novembre 2020

L’Abeille des Deux-Sèvres

Désormais c’est le calme plat pour l’apiculture, exception faite pour des régions plus méridionales. Les abeilles trouvent des fleurs (arbousier, callunes, lierre…) qui permettent d’entretenir quelques cadres de couvains et la récolte de pollen. Cela est évidemment l’exception, la règle c’est le repos, souvent aussi total qu’en plein hiver. Quoi qu’avec le réchauffement climatique novembre deviendrait plus clément.

La surveillance du rucher

Vous profiterez de vos loisirs forcés pour aller de temps à autre visiter extérieurement votre rucher. N’ouvrez rien bien entendu, mais portez votre attention sur vos supports de ruches et sur vos toits

Les supports

En général les ruches sont trop près du sol. Cela à toutes sortes d’inconvénients, accès facile des rongeurs qui font facilement leur nid si la colonie est faible et n’occupe pas toute la ruche et pénétration de limaces, voire des escargots, si les portières n’ont pas été mises en place. Bref, ayez de bons supports en parpaing par exemple ou autres socles appropriés. Vous êtes apiculteur donc ingénieux, pour trouver le dispositif le mieux adapté.

Les toits

Surveiller les toits qui ne sont pas très emboitant. Les nourrisseurs s’ils sont restés en place empêchent le toit de faire corps avec la ruche, il est préférable de les enlever. Il n’ont plus leur place, Désormais, les ruches légères ayant peu de réserve, seront nourries avec du candy. A cette époque de l’année, il y a du vent. Bien souvent , vous trouverez lors d’une visite une ruche décalottée. Pour éviter une telle envolée, placez sur le toit une grosse pierre, cela évitera l’exposition des abeilles à la pluie et au froid.

Le coupe vent

Enfin, un vieux proverbe dit « à la Ste Catherine (le 25 novembre) tout bois prend racine ». C’est bien vrai, il vous faudra songer, si votre rucher est exposé à tous les vents à le protéger par des plantations d’arbres à feuilles persistantes ou des arbres à feuilles caduques qui seront un peu moins protecteurs mais plus en harmonie avec le paysage.

Un bon abri des vents dominants est indispensable. A défaut d’arbres, il vous reste les brise-vents réalisés avec de la brande naturelle ou de la brande de bruyère par exemple.

Le traitement contre la varroase

Vous avez mis en place le traitement contre la varroase fin août ou courant septembre pour un certain nombre. Maintenant il convient de respecter le mode d’emploi de manière à limiter le risque d’accoutumance des varroas aux molécules encore actives. Par exemple, les apiculteurs qui utilisent « apivar ou apitraz », les prescriptions prévoit une mise en place de 6 à 10 semaines. Si elles ne sont pas retirées des ruches ce sera le moment avant l’arrivée du froid.

Un geste pour l’environnement

Les traitements anti-varroa sont réalisés avec des produits vétérinaires présentant un risque pour notre environnement, aussi bien le support en PVC que les molécules résiduelles. Des bacs spécifiques sont mis à votre disposition aux Groupements d’Achats (AIFFRES et BOISME) pour les récupérer et ensuite les remettre à la filière appropriée pour leur destruction.

La vie associative

 A la fin de l’année c’est le moment d’effectuer le bilan et surtout ne manquez pas l’occasion de participer aux assemblées générales pour entendre les comptes rendus relatifs à vos associations. Ce sera une façon d’encourager les apiculteurs qui au sein de ces structures travaillent bénévolement.

Vos associations profitent également de cette opportunité pour traiter des dossiers techniques en lien avec les préoccupations du moment (approvisionnement en médicaments, frelon asiatique, varroas, loque américaine, pesticides…).

Pour terminer bien l’année, n’oubliez pas qu’un pot de miel distribué à bon escient peut adoucir considérablement l’humeur agressive de ce voisin qui n’aime pas les abeilles.

Publié par Laisser un commentaire

Information pour le groupement d’achats de Aiffres

La campagne 2020 se termine. Le groupement d’achats de Aiffres sera encore ouvert samedi 10 octobre mais  le sera ensuite que début janvier.
Nous en profitons pour faire l’inventaire du matériel et faire le plein.

Si vous souhaitez du matériel pour le 10 octobre, vous devez m’envoyer votre commande et je vous fixerai un RDV pour venir le prendre.

Il est important que tout le monde respecte cette consigne pour assurer une bonne régulation du flux des acheteurs.
Les RDV seront prioritaires.
Ceux qui viendraient sans commande ne pourront être servis que s’il n’y a personne à attendre.

Merci de votre compréhension.

Michel Bonneau
Responsable du groupement d’achats de Aiffres
odilemichel.bonneau@yahoo.fr

Publié par Laisser un commentaire

Les pages des débutants – octobre 2020

L’ABELLE DES DEUX-SEVRES

Voilà, avec ce mois d’octobre qui s’annonce, le commencement du repos de l’apiculteur. Tout doit être terminé au rucher.

Les dispositions à prendre dès à présent

Durant l’hiver, lorsqu’il va faire froid, les abeilles vont se mettre en hibernation. Elles seront en grappe au cœur de la ruche, plus ou moins serrées, suivant la température extérieure. Pendant cette période, les souris qui ont un autre rythme de vie, profitent de cette tranquillité pour trouver le gîte et le couvert à l’intérieur. Durant ce temps, elles peuvent occasionner des dégâts en altérant les cires et par leur présence, stresser les abeilles. Pour les empêcher de pénétrer dans l’habitat, vous mettez les portes appropriées et le tour est joué pour l’hiver.

Le traitement anti-varroa

Vous avez placé les lanières dans les ruches en prenant soin de noter la date. Dès que les 10 semaines vont être écoulées, vous allez pouvoir les retirer comme l’indique le mode d’emploi afin de limiter l’accoutumance du parasite à la molécule active. Ceci est important afin de bénéficier de produits encore efficaces pour les années à venir.

Vous avez ci-dessous les trois médicaments recommandés pour le traitement des ruches vis-à-vis du varroa. Attention à l’usage des autres procédés qui restent plus aléatoires car plus contraignant pour leur application.

L’assainissement de vos colonies

Vous avez à votre disposition au groupement d’achats apicole des produits aux extraits naturels de plantes qui sont de nature à stimuler et renforcer les colonies. C’est actuellement le meilleur moment de les mettre en œuvre pour que les abeilles passent l’hiver dans les meilleures conditions. C’est maintenant que vous devez préparer les colonies pour la saison 2021.

La fonte de la cire

Si vous êtes débutant, vous n’avez pas encore les moyens d’investir dans une chaudière à cire. Elle n’est pas indispensable, sauf pour les vieux cadres qui ne font pas, en principe, de la belle cire. La plus belle est celle obtenue à partir des opercules que vous aurez égouttés après extraction du miel.

Il suffit de mettre un peu d’eau dans le fond d’un récipient et d’y placer les opercules pour les faire fondre. Après refroidissement, vous aurez une partie solide, la cire, et l’autre liquide, un sucre caramélisé qui n’a plus rien à voir avec le miel bien entendu.

Après avoir enlevé les impuretés, cette opération peut être refaite pour assainir la cire avant de la ramener au local du syndicat l’Abeille des Deux-Sèvres.

Elle peut vous être reprise en échange avec de la cire gaufrée et là, vous ne payez que le gaufrage.

Si vous avez un collègue apiculteur qui est équipé d’une chaudière à cire, vous pouvez toujours le solliciter pour le traitement de vos opercules voire également les cadres si vous en avez.

Le rangement du matériel

Pendant la saison, l’apiculteur vaque aux tâches les plus urgentes et productives. Il délaisse le matériel qui ne retrouve pas toujours la place qui lui est consacrée après usage. C’est le moment de le faire après l’avoir nettoyé si nécessaire et ainsi gagner de la place. Il sera agréable l’année prochaine de le retrouver facilement et prêt à servir.

La mise du miel en pot

Soignez la mise en pot de votre miel. Le consommateur est très sensible à une belle présentation. Il déguste d’abord avec les yeux.

L’étiquetage

L’étiquetage qui est indispensable indique :

  • miel récolté en France et mis en pot par l’apiculteur, ce qui est déjà inscrit sur les pots vendus au magasin, sauf sur les pots en verre ;
  • l’adresse de l’apiculteur ;
  • le n° du lot ;
  • la DDM (Date de Durabilité Minimale) ;
  • le n° SIRET pour ceux qui commercialisent du miel.

Plus d’informations sur : https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/Fiches-pratiques/Etiquetage-du-miel

Si vous vendez du miel, vendez-le à son juste prix.

Rubrique des trucs et astuces

Les planchers en plastique

Des colonies propolisent plus que d’autres et obturent par exemple les trous d’aération du plancher. N’utilisez pas de source de chaleur (chalumeau) pour l’enlever vous risqueriez de les déformer. Si vous disposez d’un grand bac, vous pouvez les faire tremper dans de l’eau chaude additionnée de lessive de soude. Cette façon de procéder sera à conduire avec précaution en respectant les conditions d’utilisation et équipez vous de gants appropriés. Un coup de nettoyeur haute pression est de nature à finir le nettoyage.

Il reste parfois des trous bouchés. Un petit outil que vous pouvez réaliser vous-même peut vous aider à les libérer. Pour cela il faut être un peu bricoleur, avoir un étau, une bonne lime ou une meuleuse et terminer par quelques coups de marteau pour lui donner la forme appropriée. Ce matériel va vous permettre une remise à neuf de vos planchers que les abeilles se chargerons, hélas, de propoliser de nouveau.

Le stockage des cadres

L’hiver est une période propice pour préparer les cadres en vue de la saison prochaine. Les vieux comme les neufs ne sont pas faciles à stocker, les piles peuvent se renverser et les cadres ont tendance à se déformer. Une fois les cires fixées, les cadres doivent être stockés impérativement à la verticale. Pour répondre à cette exigence il existe une astuce. Vous fixez deux rails de bois sous un plancher ou une étagère spéciale. Ce dispositif vous permet de les conserver dans des conditions optimum.

Les cires gaufrées ne seront pas préparées trop longtemps à l’avance si les cadres sont stockés à la lumière.

Les pages des débutants : Bernard Sorin, le secrétaire.

Rubrique trucs et astuces : Michel Bonneau, animateur du rucher école de Celles sur Belle.

Publié par Laisser un commentaire

Message important : Action collective SNA contre la dérogation néonicotinoïde/betterave sucrière

Bonjour à tous et à toutes,

Tout d’abord, j’espère que vous vous portez tous bien dans cette période de recrudescence des cas de COVID-19.
Je profite de ce mail pour  vous communiquer les avancées concernant les différents dossiers sur lesquels le SNA agit,  et aussi pour vous solliciter en vue d’une action nationale auprès des députés. Vous trouverez le courrier type en pièce jointe. Tout le conseil d’administration compte sur votre engagement, car seule une action massive portera ses fruits. L’enjeu ne se limite pas à la betterave sucrière uniquement mais il concerne bien une possible dérogation dans le futur à toutes les autres cultures (tournesol, colza, maïs…). Le projet de texte de loi étant bien rédigé au pluriel lorsqu’il évoque les cultures.

Dossier Dérogation Betterave / néonicotinoïdes :

Les informations qui nous parviennent, relatives aux pertes de production annoncées par les betteraviers, signalent des pertes de rendement bien inférieures aux premiers chiffres annoncés.

Action auprès des ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique et solidaire.

 L’interprofession a adressé un courrier aux deux ministres MAP et MTES pour témoigner de notre refus concernant cette dérogation, ainsi qu’un autre courrier à tous les députés pour leur demander de s’y oppose. (Le SNA assure le poste de secrétaire au sein de l’Interprofession).

 Avec trois autres représentants de l’interprofession, je serai reçu, jeudi matin au Cabinet du ministre de l’Agriculture  par deux de ses conseillers techniques.

Action auprès de l’Assemblée nationale

Jeudi après-midi, je serai auditionné à l’Assemblée nationale en qualité de président du SNA, dans le cadre de la Commission des affaires économiques et environnementales, toujours à propos de cette dérogation.

Vous trouverez, en pièce jointe à ce mail, un courrier type que nous vous demandons expressément d’adresser à vos députés. Celui-ci demande qu’ils se positionnent contre ce projet de loi. Il est très important que votre syndicat agisse dans ce sens car le texte du projet de loi ne limite pas les ré-autorisations à la betterave, mais pourra s’appliquer à d’autres cultures dans le futur.

Projet de loi  sur la réglementation de la transhumance :

Nous avons adressé un courrier au ministre de l’Agriculture pour lui signaler les incohérences de ce projet de loi et la nécessité de le rejeter.

Nous avons contacté les députés porteurs de ce projet de loi afin de leur demander qui les avait sollicités et leur avait proposé un tel projet de loi.
Après de multiples tentatives, ceux-ci n’ont pas souhaité nous répondre.
A ce jour, ce projet de loi n’est toujours pas inscrit à l’agenda.

Telles sont les dernières informations que je souhaitais vous communiquer.

Bien cordialement.

Frank Alétru

Président

Publié par Laisser un commentaire

Rappel pour les groupements d’achats

Les règles ne changent pas.
Il faut que chacun respecte la discipline qui nous est demandée.

La vente de matériel à Boismé se termine samedi 26 septembre
A Aiffres, il y aura ouverture samedis 26 septembre et 10 octobre.

Il faut envoyer sa commande au plus tard le vendredi midi précédent le samedi concerné.
Il vous sera envoyé une heure de RDV

Merci de respecter ces règles

Michel Bonneau
Responsable du magasin à Aiffres

Publié par Un commentaire

Soutien à un candidat au concours Graines d’Agriculteurs

Cher partenaire,
Cette année, je participe au concours Graines d’agriculteurs dont l’objectif est de découvrir des nouveaux visages d’agriculteurs, faire connaître le métier et les innovations du secteur. Et, c’est vous qui élisez chaque année votre jeune agriculteur préféré !
J’ai donc besoin de vous, si mon projet vous plaît, tous les jours jusqu’au 19/09, votez pour moi ! 
Merci à tous et n’hésitez pas à transmettre le lien ci-dessous à votre réseau :
http://www.demainjeseraipaysan.fr/graines-agriculteurs/finaliste/gerald-gregoire

Je compte sur vous 👍🐝
Au plaisir de vous voir prochainement.

Cordialement

Gérald GREGOIRE – Culture API

Publié par 2 commentaires

Aide exceptionnelle aux apiculteurs de la Région N-A

Veuillez trouver en pièce jointe une information concernant une aide exceptionnelle proposée par la région Nouvelle-Aquitaine concernant les nouveaux apiculteurs installés du 15 mai 2019 au 14 mai 2020.

Le formulaire doit être déposé entre le 17 août 2020 et le 24 septembre 2020 (le cachet de la poste faisant foi)

Objectifs :

  • Modifier les pratiques apicoles,
  • Améliorer le potentiel pollinisateur des abeilles domestiques pour mettre cette activité au service de la biodiversité végétale.

Pour plus de renseignement, veuillez consulter ce lien

Publié par Laisser un commentaire

Les pages des débutants – septembre 2020

L’ABEILLE DES DEUX-SEVRES

Nous voilà parvenus à l’ultime moment de l’activité au rucher. Les ruches se préparent à hiverner.

Hivernage des colonies

Etat des colonies

C’est le moment d’examiner les colonies et de recentrer le nid à couvain si cela est nécessaire et répartir la nourriture équitablement de part et d’autre. Il convient de manipuler les cadres en douceur afin d’éviter de coincer ou écraser la reine à cette période de l’année. Elle ne pourrait pas être relayée. La période de reproduction est passée avec l’absence des mâles à cette saison. Dans le cas de colonies faibles vous pouvez les passer en ruchette ou réunir deux colonies dans une ruche ou placer une partition pour réduire le volume de la ruche.

Etat des réserves

Certains diront : « nous avons encore du temps » devant nous. Pourtant, c’est en fonction de l’état actuel des réserves que les colonies passeront l’hiver à quelques exceptions près. En effet, de-ci, de-là, il peut y avoir une miellée qui se présente sur de la phacélie par exemple. Il vous appartient donc d’effectuer le bilan et noter les colonies qui risquent d’avoir besoin d’être nourries en priorité au cours de l’hiver. Le groupement d’achats de l’Abeille des Deux-Sèvres pourra pour ce nourrissement vous fournir, si vous avez besoin, du candi (apifonda) approprié pour l’hiver.

La varroase

Après la récolte du miel de tournesol vous devez avoir mis le traitement anti-varroa. N’oubliez pas de noter la date de la mise en place des lanières pour les retirer 8 à 10 semaines plus tard pour éviter le phénomène d’accoutumance aux molécules actives. Cette maladie serait banalisée par certains alors qu’elle reste une maladie grave de l’abeille. Cet acarien en plus de son pouvoir pathogène propre, s’associe à différents virus, contribuant à une propagation plus rapide de ceux-ci. L’apiculteur doit obligatoirement s’en préoccuper avec une lutte systématique. Maintenant que les colonies génèrent les abeilles qui vont passer l’hiver, c’est le moment le mieux approprié.

Varroa parasitant une nymphe

Le remisage des hausses

Après la récolte vous ferez nettoyer les hausses aux abeilles en les plaçant de préférence sur les ruches afin d’éviter le pillage et la propagation des maladies. Ensuite, après avoir enlevé la propolis qui encombre les dentiers, la cire sur les têtes de cadres et retiré les cires noircies…, vous procéderez au remisage avec ou sans traitement contre la fausse teigne. Les œufs de fausse teigne sont omniprésents. Lorsque les abeilles occupent la ruche et les hausses, elles s’en débarrassent. Elles font le ménage. Par contre, une fois entreposées, les cires peuvent être transformées en lambeaux par la fausse teigne.

La larve de fausse teigne

Sans traitement

La circulation de l’air entre les cadres bloque le développement de la fausse teigne. Vous pouvez entasser les hausses en aménageant un espace en bas de la pile pour laisser l’air passer et sans couvrir la hausse supérieure. L’air doit pouvoir circuler à l’intérieur comme dans une cheminée. Pour les préserver des rongeurs, vous placerez une grille à chaque extrémité. Si ce principe est respecté au printemps vous devez retrouver vos hausses intactes.

Avec traitement

Si vos hausses sont stockées d’une façon hermétique et si votre local d’entreposage des hausses est confiné ou si vous voulez prendre un maximum de précaution, vous pouvez les traiter. Vous avez le produit approprié au Groupement d’Achats de l’Abeille des Deux-Sèvres. Les explications pour son utilisation vous seront également fournies avec.

Fleur d’aster

Rubrique des trucs et astuces

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-6.png.

Les apiculteurs sont confrontés au problème de conservation des hausses durant l’hiver vis-à-vis de la fausse teigne. Après la dernière récolte il est recommandé de bien les nettoyer en grattant toute la propolis déposée un peu partout. Les cadres doivent être grattés pour enlever l’excès de cire déposé par les abeilles. Ceux contenant du pollen sont retirés. C’est un aliment que la fausse teigne adore pour se développer. Une fois vos hausses bien nettoyées, elles peuvent être entreposées pour attendre le printemps suivant. Une astuce vous permettra de les garder en bon état sans craindre les attaques de la fausse teigne et des souris. La fausse teigne n’aime pas les courants d’air ni la lumière. Il suffit de disposer d’une palette que l’on placera sous un hangar bien ventilé. Sur celle-ci est placé un cadre avec un grillage (type garde manger), sur lequel on empilera les hausses par hauteurs de 8 à 12 selon le nombre à stocker, mais également suivant la hauteur dont vous disposez. Au-dessus de la pile, on place de nouveau un cadre muni d’un grillage.

Au final vous aurez réalisé une cheminée où circulera un courant d’air que la fausse-teigne déteste et les souris seront stoppées par le grillage.

Michel BONNEAU

Animateur  du rucher école

de CELLES SUR BELLE